Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breakfast   at Tiffany's.overblog.com

Breakfast at Tiffany's.overblog.com

"Lorsque tu écris l'histoire de ta vie, ne laisse jamais une autre personne tenir la plume pour toi"


Projet MKUltra , ça vous parle ? non ? dans deux minutes ça sera plus clair....!!

Publié par Michel T sur 23 Avril 2019, 12:04pm

Projet MKUltra , ça vous parle ? non ? dans deux minutes ça sera plus clair....!!

Le projet MK-Ultra (ou MKUltra), dévoilé en 1975, est le nom de code d'un projet secret para légal voire illégal de la CIA des années 1950 à 1970 visant à développer les techniques de manipulation mentale.

 

 

Il semble que ce projet ait connu plusieurs évolutions et ait vu le développement de sous-projets et de projets parallèles.

Ainsi, de 1951 à 1963, il se nommait projet Artichoke ; le projet Bluebird, opérationnel entre 1951 et 1953, lui est apparenté

 

 

Dans les années 1950, la CIA s'intéresse beaucoup à un nouveau psychotrope découvert récemment, le LSD.

Pour ce faire elle recrute des volontaires (dont certains deviendront célèbres comme Ken Kesey).

Lors d'une expérience, une sélection de prisonniers héroïnomanes a consommé du LSD en continu durant 77 jours. Pour les récompenser, on leur offrait de l'héroïne après l'administration du LSD10.

 

 

Des expériences se déroulent également à l'insu des cobayes sur des employés de la CIA, du personnel militaire, d'autres agents du gouvernement, des prostituées, des personnes affligées de maladies mentales.

Le biochimiste Frank Olson est un de ces cobayes involontaires.

 

=====

 

Les efforts pour trouver des sujets étaient parfois illégaux.

En 1955 à San Francisco au cours de l'opération Midnight Climax, la CIA a payé George White, de la police anti-drogue, afin qu'il monte deux maisons closes et utilise les prostituées pour obtenir des sujets qui seraient trop embarrassés pour parler des expériences.

Les chambres des maisons closes étaient équipées de miroirs sans tain et les scènes étaient enregistrées pour des analyses ultérieures.

Les clients buvaient de l'alcool dans lequel du LSD avait été ajouté et les prostituées travaillaient sous la surveillance d'agents de la CIA.

 

 

En août 1951, un épisode de folie collective au bilan très lourd nommée affaire du pain maudit affecte le village de Pont-Saint-Esprit (France).

Parmi les cinq hypothèses expliquant cet évènement figure celle d'une expérience menée par la CIA sur les effets du LSD

 

=====

 

Quatre sous-projets (nos  102,103,112 et 117) étaient axés sur des enfants, notamment avec la complicité du Centre international de vacances d'été pour enfants (International Children Summer Camp).

La CIA n'a jamais reconnu ces expériences, malgré le témoignage et les documents de certains psychiatres et psychothérapeutes déclarant avoir soigné des enfants victimes de ces expérimentations.

Ces enfants étaient officiellement traités pour des troubles dissociatifs de l'identité et étaient en fait confrontés à des actes visant à les rendre encore plus dissociés, tels que l'abus sexuel pédophile délibéré.

 

The children and the CIA . Partial report

https://www.youtube.com/watch?time_continue=10&v=QbaKn6qIOOM

 

Le 15 mars 1995 sont enregistrés par la Commission consultative présidentielle les témoignages du docteur Valérie Wolf (thérapeute spécialisée dans l’aide aux victimes), de Christine DeNicola et de Claudia Mullen (victimes).

Elles décrivent l’irradiation délibérée d’être humains, de nombreux enfants en particulier, pour les soumettre à des manipulations de programmation mentale (ou mind control) dans le cadre de ce projet de la CIA

« MKUltra », en vue d’en faire des espions ou des assassins.

 

Entre autres sont mis en cause par le témoignage du docteur Valérie Wolf :

le docteur L. Wilson Green, un des directeurs scientifiques des laboratoires chimiques et radiologiques de l’Armée, accusé d’avoir torturé et violé des enfants, et les docteur Sydney Gotlieb et Martin Orne, également impliqués dans la recherche radiologique.

 

======

 

Une partie de ces expériences eurent lieu au Canada après que la CIA eut recruté un médecin d'Albany, le Dr Donald Ewen Cameron, auteur d'un article dans l'American Journal of Psychiatry sur le psychic driving (instinct psychique) que la CIA avait trouvé particulièrement intéressant.

Cameron y décrit sa théorie de correction de la folie qui consistait à effacer la mémoire du sujet et à la reconstruire complètement.

Il faisait l'aller-retour chaque semaine à Montréal pour travailler à l'institut Allan Memorial, un institut de santé mentale situé sur le mont Royal, et fut payé 69 000 $ au total entre 1957 et 1964.

Il semble que la CIA lui avait confié les expériences les plus dangereuses à tester sur des ressortissants étrangers.

 

En plus du LSD, Cameron expérimenta diverses substances paralysantes ainsi qu'une thérapie par électrochocs qui utilisait des courants 30 à 40 fois plus puissants que la normale (ses expériences consistaient à mettre les sujets dans un coma induit par des psychotropes pendant plusieurs mois , jusqu'à 3 mois dans un cas) tout en jouant des enregistrements de simples bruits ou de phrases répétitives.

Ses expériences étaient typiquement faites sur des patients ayant été admis dans l'institut pour des troubles d'anxiété ou de dépression.

Beaucoup de ces patients ont conservé des séquelles.

Les patients se voyaient administrer de bonne heure des injections intraveineuses de Thorazine, Phénergan, Séconal et autres barbituriques.

Puis ils se voyaient administrer des électrochocs de plus de 150 volts. Cette procédure durait de 15 à 65 jours. Ils étaient ensuite traités à la Méthédrine (un type d'amphétamine) et au LSD, injectés également en doses massives.

Ils étaient également conduits dans des chambres d'isolation sensorielle où ils se voyaient exposer 24 heures sur 24 à un même message préenregistré pendant deux semaines.

 

C'est à cette époque que Cameron devint célèbre après avoir été le premier président de l'association mondiale de psychiatrie et le président des associations de psychiatrie canadienne et américaine.

Moins d'une décennie auparavant, il avait été membre du tribunal médical de Nuremberg qui avait jugé les expériences sur des cobayes humains par l'Allemagne nazie.

 

======

 

En 1972, Richard Helms, directeur de la CIA ordonna la destruction des archives du projet.

Il est donc difficile d'avoir une compréhension complète de MKUltra étant donné que plus de 150 sous-projets différents ont été financés dans le cadre de ce programme.

Cependant des milliers de documents furent découverts en 1977.

Le projet fut définitivement stoppé en 1988 !

 

=======

Durant l'été 1975, des audiences du congrès et de la commission Rockefeller révèlent officiellement au public que la CIA et le département de la Défense avaient conduit des expériences sur des sujets humains, avec ou sans leur consentement, dans le cadre d'un programme visant à influencer des sujets humains par l'utilisation de substances psychotropes, ainsi que par d'autres moyens (psychologique, chimique, physique, électrique).

La commission révéla aussi qu'au moins un sujet était mort à la suite de ces expériences.

 

Le 3 octobre 1995, face à l'accumulation de révélations, le Président américain Bill Clinton est contraint de formuler des excuses publiques concernant les expériences ayant eu lieu sur le sol américain.

À cette occasion, de nombreuses archives secrètes sont dévoilées au public. Mais certains passages de ces documents sont biffés au feutre noir.

 

=======

 

Le 3 août 1977 se tint l'ouverture de la 95e audition du Congrès américain sur les rapports d'abus concernant les recherches sur le contrôle mental de la CIA appelées MKUltra.

Le 8 février 1988, une victime de haut niveau de MKUltra, libérée de l'emprise mentale de la CIA, poursuivit le gouvernement durant 7 longues années.

Les poursuites judiciaires et les preuves accablantes pour le gouvernement américain, firent arrêter le procès pour raisons de « sécurité nationale »

 

=======

 

Témoignages de victimes enregistrés par la Commission consultative présidentielle le 15 mars 1995 :

 

Christine DeNicola a été victime du docteur L. Wilson Green de 1966 à 1976 à Tucson, Arizona, ainsi qu’à l’Université de Kansas City à l’âge de 4 ans.

Les rapports du docteur Green étaient destinés à la CIA et à l’armée.

Elle a subi des injections de drogues, des électrochocs, des radiations dans le but de fragmenter sa personnalité et ainsi obtenir un contrôle mental sur elle.

 

 

Claudia Mullen a été victime du docteur L. Wilson Green de 1957 à 1984 à partir de l’âge de 7 ans.

Elle met en cause le docteur Sydney Gotlieb et le docteur James Hamilton.

En 1958 elle est testée par des médecins de la Human Ecology Society : les docteurs John Gittinger, Cameron (électrochocs) et Green (rayons X).

À l'âge de 9 ans, elle est envoyée en 1959 dans le camp de Deep Creek Cabin dans le Maryland, où on lui apprend à assouvir les désirs sexuels des hommes et les forcer à parler d’eux-mêmes :

Sont présents Richard Helms, directeur adjoint de la CIA, le docteur Gotlieb, le capitaine Georges White et Morris Allan.

Elle met en cause l’Office of Research Development dirigé par les docteur Green, Steven Aldrich, Martin Orne et Morris Allan.

 

Selon Claudia Mullen:

 

"La CIA a gardé des chambres d'hôtel dans deux des meilleurs hôtels de La Nouvelle-Orléans, et toute l'année, ils gardaient une suite.

" C'était unique car il y avait deux chambres et une chambre où et on m'a montré les caméras cachées par trois hommes qui ont manipulé cette partie.

"Ils l'appelaient le capitaine George White - il était autrefois médecin, il faisait partie de l'escouade des narcotiques en Californie, puis il est devenu médecin et a rejoint la CIA.

" Et puis il y avait deux autres hommes qui travaillaient avec lui.

 

"Ils me mettaient avec les sujets qui seraient filmés (les hommes) et puis quand les hommes venaient en ville - je parle des politiciens locaux, des fonctionnaires du gouvernement - toute personne dont ils avaient besoin pour obtenir quelque chose, gardez le dossier pour référence future - devraient-ils avoir besoin de contraindre cette personne à soutenir les projets.

 

»Sénateurs, membres du Congrès, n'importe quoi de ce genre - s'ils étaient en ville, on leur donnait cette pièce. Ils n'avaient aucune raison de penser qu'il y avait quelque chose d'étrange dans la pièce. Il n'avait pas l'air différent de n'importe quelle autre chambre, c'était juste l'une des meilleures suites dans les deux hôtels. ...

 

"Quand on m'a dit cela, j'avais neuf ans et je suis allé aux Deep Creek Cabins dans le Maryland, c'est à ce moment qu'on m'a appris que j'allais faire partie de ce projet ..."

Expérimentations connexes

 

 

  1. De 1932 à 1972, les Américains pratiquent l'expérimentation sur des êtres vivants avec l'étude de Tuskegee sur la syphilis

 

L'étude de Tuskegee sur la syphilis (1932 – 1972) est une étude clinique menée à Tuskegee, Alabama, par des médecins américains pour mieux connaître l'évolution de la syphilis lorsqu'elle n'est pas traitée.

Les participants à cette étude sont des métayers afro-américains pauvres qui se sont vu refuser le traitement de cette maladie, pourtant disponible dès 1943 grâce à la pénicilline.

Après une trentaine d'années pendant lesquelles les institutions sanitaires ont laissé faire, le scandale éclate dans les années 1970 lorsqu'un médecin en santé publique, nommé Peter Buxtun, révéla à la presse l'existence de celle-ci après avoir vainement tenté d'alerter ses autorités de tutelle.

Ce scandale est à l'origine du rapport Belmont de 1979, rédigé par le Département de la Santé, qui établit les principes fondamentaux de la bioéthique en ce qui concerne l'expérimentation humaine.

À cette occasion fut créé l'Office for Human Research Protections chargé de l'examen des protocoles expérimentaux et du respect des principes éthiques.

 

 

 

  1. Certains historiens émettent l'hypothèse que les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki de l'été 1945 seraient motivés par la volonté d'expérimenter l'arme nucléaire sur des populations (civiles en l'occurrence)

Archives . (Rarement exploité malheureusement.... Michel) 

http://www.fascinant-japon.com/japon-reddition-aout-1945-1/

 

http://www.fascinant-japon.com/japon-capitulation-aout-1945-2/

 

 

  1. A partir de 1945, un programme de "rééducation" psychologique et mentale est mis en place à l'échelle d'un pays entier, l'Allemagne de l'Ouest, dans le cadre de la dénazification d'après le réalisateur Lutz Dammbeck

https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9nazification

 

 

  1. De 1946 à 1948, les Américains inoculent volontairement des bactéries aux populations civiles du Guatemala, comme la syphilis.

De 1946 à 1948, une expérimentation américaine sur la syphilis a été réalisée au Guatemala.

L'administration Truman et le président Juan José Arévalo, avec la coopération de certains responsables guatémaltèques, autorisèrent l'inoculation par des médecins de la syphilis et d'autres maladies sexuellement transmissibles à des soldats, prostituées, prisonniers et malades mentaux sans leur consentement.

La plupart des sujets ont été traités avec des antibiotiques (pénicilline), mais 83 « patients » en sont morts.

 

  1. À partir de 1946, des enfants malades mentaux sont nourris avec des céréales radioactives dans une école du Massachusetts

Glaçant, passionnant, le genre de documentaire qui permet d'imaginer les ignominies commises au nom du bien public

http://focus.levif.be/culture/tele/a-la-tele-ce-soir-les-cobayes-de-la-cia/article-review-596509.html

 

 

  1. À partir de février 1946, l'armée américaine fait des essais nucléaires sur l'atoll de Bikini et envoie des soldats sur place sans protection afin d'observer les effets de la radioactivité sur les soldats.

À cette occasion, on remarque notamment que certains effets de l'irradiation peuvent être héréditaires

Le 1er mars 1954, les Américains firent exploser au-dessus de Bikini la bombe la plus puissante de tout le programme d’essais américains. L’essai thermonucléaire (bombe H) désigné sous le nom de « Bravo » a développé une énergie de 15 mégatonnes, soit mille fois celle de la bombe d’Hiroshima. Les retombées radioactives de l’essai « Bravo » affectèrent les populations des atolls voisins de Rongelap, Rongerik et Utirik qui n’avaient pas été déplacées.

En 1993, quand l’administration Clinton décida l’ouverture complète des archives des essais aériens américains dans le Pacifique et au Nevada, les chercheurs tombèrent sur des documents incroyables. Ils découvrirent un rapport secret désigné sous le code « Project 41.1 » daté de novembre 1953 (environ 4 mois avant le tir Bravo) qui avait pour objet d’étudier les effets des radiations sur les êtres. Le « Project 41.1 » prévoyait l’évacuation des populations de Rongelap, Rongerik et Utirik seulement après le tir Bravo. C’est ce qui fut réalisé le 3 mars 1954 : les Américains évacuèrent les 236 insulaires atteints de nausées, de pertes de sang et de cheveux vers l’atoll de Kwajalein où ils furent « étudiés » par les médecins militaires. Les études ont montré que 64 d’entre eux avaient déjà absorbé, en 3 jours, une dose de radioactivité évaluée à 1900. mGy (Le gray est l'unité dérivée de dose absorbée)

http://www.moruroa.org/Texte.aspx?t=124

 

 

 

 

  1. En 1955, la CIA pulvérise la bactérie de la coqueluche au large de Tampa (Floride).

 

  1. En 1956, l'armée lâche des moustiques porteurs de la fièvre jaune et de la dengue 31 dans les villes portuaires de Savannah et Avon.

 

 

  1. En 1966, l'armée teste un virus dans le métro de New-York et Chicago.

 

Ces dérives barbares des ‘’détenteurs’’ de la connaissance scientifique humaine ne datent pas d’hier, ni même d’avant-hier.....!!

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/experiences-sur-les-humains-122667

 

Pour finir, à retenir , c’est....troublant.....car d’actualité !

 

Dans les années 2010, dans une entrevue à RT America, Roseanne Barr a déclaré que le programme Projet MKUltra était toujours actif au sein de l'industrie du film d'Hollywood et qui participerait selon elle d'une "culture du viol"

.

( Beaucoup d’entres-vous, dont moi,  ont du suivre cette série TV : Roseanne ,série télévisée américaine en 222 épisodes de 25 minutes, créée par Matt Williams, diffusées du 1er octobre 1988 au 23 août 1997 sur ABC puis programmée quelques mois plus tard sur M6, puis rediffusées sur RTL9)

 

 

 

C’est fini.....pour le moment ! enfin,heu,  je ne suis plus très sûr.....

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lou 02/02/2019 21:37

Superbe article, on apprend beaucoup !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents