Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breakfast   at Tiffany's.overblog.com

Breakfast at Tiffany's.overblog.com

"Lorsque tu écris l'histoire de ta vie, ne laisse jamais une autre personne tenir la plume pour toi"


Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Publié par Michel T sur 20 Août 2020, 13:49pm

On dit , qu'il n'y a que les aigles qui ne se rencontrent pas ,car ils volent trop haut, et seuls.... après toutes ces années , j'ai un doute !  

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Michel raconte......

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Les mois d’Aout, et de Juillet ont toujours été des portes ouvertes aux plus incroyables histoires qui peuvent se produire dans une grande société .

 

Si tout le reste de l’année , les rouages bien huilés de ces mécaniques hautement sophistiquées fonctionnent sans un à coup, c’est pendant les périodes de congés que tout d’un coup se produit un grain de sable , qui vient faire vaciller le bel édifice de ces organisations...

 

L’histoire que je vous raconter est véridique, authentique , vécue .Aujourd’hui ,oubliée de la plupart des acteurs de l’époque . Les premiers rôles ont déjà un age fort, fort avancé....enfin ils sont très vieux et ils sont plus préoccupés par leur derniers résultats d’examens de sang ou d’urine  que par l’envie de se souvenir qu’un jour ,ils ont été au cœur d’une pantomime tragi-comique qui a provoquée une gigantesque rigolade de Turin jusqu’à Seattle....dix ans après on en parlait encore et l’anecdote servait d’événement de référence pour se rappeler une date dans le passé.... ! 

 

Ah, une précision tout de même, parce que certains vont bien se poser la question en me lisant... pourquoi je me souviens si bien et dans les détails de cette histoire ,  d’abord je ne suis plus ,comme on se plait à le dire, un perdreau de l’année....je n’affirme pas que j’ai brandi le drapeau Français à ma fenêtre le jour de la libération de Paris....mais bon ,c’est tout comme !

 

Ensuite j’étais au premières loges dans cette affaire car prenant souvent mes vacances en Septembre j’étais toujours a mon bureau en Juillet, Aout et de plus ma position de patron du groupe export pièces me mettait en relations étroites avec les vendeurs exports de camions et avec leur Direction...je les connaissais, ils me connaissaient... !

 

Je commence ? Tout le monde est confortablement installé, a ses cigarettes....alors on y va !!

 

 

Chapitre I

L'approche

 

Mercredi 8 aout 1973, 10h30 .L’immeuble du siège Français de mon Groupe ,ocre aux vitres teintées bleu anodisé, toutes fermées, allonge ses 4 étages comme un gros chat ramassé qui fait la sieste .Le ciel est bleu délavé, comme un Lewis souvent porté, une brise chaude soulève à peine les robes des femmes qui montent et descendent les marches du hall d’entrée .

 

 

Un taxi s’arrête devant les marches de l’entrée du siège .Il en descend un homme , grand , chic, cheveux longs blancs lissés vers l’arrière ,sur son nez droit mais massif sont posées des lunettes solaires de grand couturier , sont costume anthracite clair le suit dans ses mouvements sans un pli et tombe impeccablement sur des John Lobb, on sent la race......

Il tient un mince attaché-case attaché à son poignet par une fine chaine dorée . Tout en marchant d’un pas souple qui fait sentir une maitrise lente de ses mouvements ,il jette un bref coup d’œil à sa Piaget Altiplano et entre dans le Hall de réception  avec assurance.

 

 

Le hall , est vaste, haut, circulaire. A gauche en entrant, des escaliers montent dans les étages ou descendent vers les sous-étages ,près des escaliers ,quatre portes d’ascenseurs . A droite un long comptoir de bois blond est l’office de réception ou se trouvent deux hôtesses ,derrière des téléphones et des ordinateurs . Le pavement du hall est fait de larges plaques façon pierre, impeccablement cirées .

Quelques voitures de la marque , deux du début du siècle et un modèle récent , trônent en exposition dans le hall . Deux tables basses avec des revues professionnelles entourées de sièges bas attendent les visiteurs qui patientent .

 

L’homme se dirigea vers le comptoir d’accueil et ,demanda à l’hôtesse qui venait de lever la tète en le dévisageant avec un sourire professionnel :

 

-« Bonjour mademoiselle , je suis Mr Halen Thera Lawrence et je désirerais rencontrer une personne de votre Direction Export.

 

La jeune femme lui répondit , toujours avec le sourire :

 

-« Je crains monsieur que ceci ne soit pas possible , la plupart des Directeurs Exports sont actuellement en congés, mais désirez-vous voir quelqu’un en particulier , puis-je vous demander le but de votre demande , je pourrais peut-être mieux vous orienter vers une personne d’un autre département, avez-vous un rendez-vous avec une personne en particulier.... ?

 

-« Non, je n’ai pas pris de rendez-vous , mais je désirerais simplement rencontrer un Directeur Export camions pour l’entretenir d’un projet que je suis chargé de présenter , je représente un Groupe d’acheteurs étranger .

 

-« Bien , je vois mieux de quoi il s’agit , mais je vous répète qu’actuellement aucun directeur export véhicules n’est présent , cela va être difficile pour vous trouver le bon interlocuteur .

 

A ce moment , la seconde hôtesse s’approcha et dit à sa collègue :

-« Il me semble bien avoir vu ce matin, de bonne heure, arriver Côme ....

-« De Sainte-Marie ?

-« Oui , attends je vais téléphoner à son bureau voir si il est vraiment là...

 

Une minute plus tard , l’hôtesse revient et dit au visiteur :

-« Vous avez beaucoup de chance , Mr de Ste Marie ,un de nos Directeurs Exports ventes camions est revenu de congés ce matin , j’ai prévenu son assistante , elle descend vous voir.

 

(Malheureusement pour la société, et heureusement pour le narrateur que je suis, il y avait un Directeur de présent ce jour là, et pas n’importe lequel.....la crème de la cerise du dessus du panier...)

 

Quelques minutes plus tard, Jeanine  S.....C.... , l’assistante de Côme de Sainte-Marie , arrive dans le hall , se dirige vers le visiteur après avoir jeté un rapide coup d’œil aux hôtesses.

-« Bonjour monsieur, je suis l’assistante de Mr Côme de Sainte-Marie ,que puis-je pour vous ?

-« Je m’appelle HalenThera Lawrence ,répondit-il en lui tendant sa carte . Je suis envoyé par un Groupe des pays Arabes , qui m’ont demandé de les représenter pour un achat éventuel de camions , un certain nombre, et de démarrer les premières discussions, le défrichement du dossier en quelque sorte et c’est à ce titre que je souhaitais rencontrer un Directeur ventes export de votre marque, marque qui a retenue toute notre attention . Il n’y a pas d’appel d’offre publique sur  le marché international  pour ce dossier . Nous avons déjà fait un tour de table ,et notre premier choix s’est arrêté sur vos camions . Vous êtes un constructeur de premier plan pour nous , une référence dans le domaine industriel....

 

-« Je vous remercie beaucoup Mr Lawrence ,lui répondit Jeanine ,pour l’intérêt que votre Groupement porte à notre marque....

 

Tout en lui répondant elle examinait la carte de visite qu’il lui avait donné , elle l’a tournait et retournait entre ses doigts .La carte était blanche , sans sigle particulier, seul le recto était imprimé .

Uniquement, une petite main gauche ,rouge pale ,dans le haut du coin droit , présentait sa face interne ,la paume ouverte, montrant ainsi quelques lignes dessinées dans la peau .

Sous le nom du visiteur il était précisé sobrement : Special Advisor for international Trade....

Deux adresses ,figuraient en bas de la carte, à droite et à gauche.

   

L’homme lui redemanda :

-« Pensez-vous que votre Directeur pourra me recevoir ?

 

Jeanine lui répondit qu’elle remontait immédiatement pour faire part à Mr De Sainte Marie de  sa demande, s’il voulait bien s’asseoir et patienter quelques minutes....d’un geste large elle désigna les fauteuils installés un peu partout  autour d’eux.

 

 

Que dit-elle à son patron ??? Nul ne le saura jamais, mais l’impression devait être bonne ,de Ste Marie devait se dire que pour son premier jour de reprise, il allait pouvoir ronronner doucement en écoutant ce visiteur...le visiteur fut accompagné jusqu’au bureau de Côme de Ste Marie....

 

 

Côme était un homme d’une cinquantaine d’années , grand, mince ,droit, de la taille de son visiteur , environ 1,88m, les cheveux grisonnants qui commençaient à se clairsemer, il avait de petites lunettes rondes cerclées de métal doré qu’il réajustait sur son nez à tout instant. Sa famille d’origine bordelaise , possédait depuis cinq générations un peu plus de 70 hectares de vignes et vendait chaque année plusieurs centaines de milliers de bouteilles d’un Côtes de Bordeaux suffisamment apprécié des connaisseurs pour figurer en bonne place dans les guides des vins.....

Il se leva et  se dirigea vers son visiteur en lui tendant la main .Jeanine était debout dans un angle du bureau .

 

 

-« Bonjour Monsieur , Monsieur Lawrence , je prononce correctement ? J’ai lu sur votre carte que vous résidiez en Egypte et en Tunisie . Que pouvons-nous faire pour  vous, expliquez-moi...

-« Tout d’abord, merci Mr de Ste Marie , de me consacrer un peu de votre temps pour me recevoir . Voila, je vais vous expliquer le but de ma visite mais auparavant je voudrais vous demander à ce que nous soyons seuls dans votre bureau (il se tourna vers Jeanine en lui disant qu’il était confus de sa demande , mais qu’elle était absolument nécessaire compte tenu de la teneur très confidentielle de ses propos)

 

Côme regarda Jeanine en écartant ses mains en disant : ce n’est pas habituel mais ....vous n’êtes pas ennuyée par cette demande Jeanine ?

-« Non ,non dit-elle , plus curieuse de la suite qu’il allait y avoir que de la demande par elle même...

Côme la regardant s’éloigner , lui dit :

-« Qu’on ne nous dérange pas ,s’il vous plait Jeanine , d’ailleurs je bloque mon interphone, si vous voulez absolument me joindre vous me téléphonerez .... !

(Très rusé le cher Côme, c’est une méthode souvent employée dans des apartés ‘’confidentiels’’....il avait bloqué son interphone sur appel et Jeanine allait pouvoir écouter ce qu’il se disait....je n’aurais rien pu écrire sinon !)

 

 

-« Voila Mr de Ste Marie, l’objet de ma visite .

 

Vous n’êtes pas sans ignorer que des mouvements politiques sont en cours au Moyen-Orient et que la stabilité et l’équilibre du Maghreb, sont très fragiles et, peuvent-être remis en question , en quelques heures .Il suffit de manifestations de grandes ampleurs bien organisées pour faire vaciller un pouvoir, militaire ou royal....

Dans l’hypothèse de cette tourmente qui pourrait secouer l’Afrique du Nord ,du Maroc aux Emirats , deux pays ont décidés de se lier politiquement et géographiquement afin d’être une force, un bloc tampon, séparant tous les pays susceptibles de bouger.... 

 

De Ste Marie , s’était redressé dans son fauteuil ,le menton appuyé sur ses mains , les coudes sur son bureau , il écoutait attentivement son interlocuteur ...avec de plus en plus d’intérêt !

 

-« Deux dirigeants très connus du monde Arabe ,sont prêts à faire fusionner leur deux pays et, à créer une République Arabe Islamique . Les discussions sont achevées sur le principe politique ,sociétal, sur l’interpénétration des territoires au niveau des frontières . Les responsables gouvernementaux et militaires des deux cotés ,sont d’accord sur cette fusion qui ne peut que les renforcer à tous points de vue sur l’échiquier international et surtout leur faire prendre le leadership du bloc Arabe , par-dessus les Emirats et leurs alliés américains .

 

Les pays satellites , autour de ce nouveau bloc ,n’auraient aucun intérêt à être en mauvais termes avec eux et deviendraient des alliés précieux tant pour eux-mêmes que pour cette nouvelle force . L’Iran, d’après les dernières discussions qui ont eu lieu , ne verra pas d’un mauvais œil la création de cette nouvelle République qui affaiblirait et rendrait plus calmes les pays situés entre Damas et Sanaa , tout au moins réduirait leurs visées expansionnistes...

 

-« Je vous suis parfaitement dans votre développement Mr Lawrence , dit de Ste Marie, mais ,alors, en conclusion, quels sont ces deux pays, quels hommes sont à la tète de chacun d’eux , quelle est votre place dans cet échiquier  et nous , que fournissons nous , quand entrons nous en jeu et sous quelle forme le faisons nous ?

 

Le visiteur, Lawrence , se pencha sur son fauteuil pour se rapprocher de Ste Marie, et lui dit en le regardant droit dans les yeux et en détachant chacun de ses mots :

 

-« Ce que je vais vous dire est hautement confidentiel ,pour le moment, pour encore six mois, les  deux dirigeants qui veulent réunir leurs pays sont le Président Libyen Mouammar Kadhafi et le Président Tunisien Habib Bourguiba .

 

Silence ,yeux fixes et bouche ouverte de Ste Marie.......

 

-« Cette union entre la Tunisie et la Libye sera mené à son terme pour un achèvement total en fin 1974 ,milieu 75 . Il va conduire à l'unification de la République tunisienne et de la République arabe libyenne au sein d'un nouvel État qui  prendra le nom officiel de Le République arabe islamique (RAI) en Arabe :

 

( al-Jumhūrīyah al-‘Arabīyah al-Islāmīyah ).

 

Il a été approuvé par les dirigeants libyens et tunisiens ainsi que par les  gouvernements et les militaires , ceux-ci étant des éléments indispensables à la bonne marche de cette fusion .

J’ai fais partie de certaines discussions privées entre le Président Kadhafi et le Président Bourguiba au titre de conseiller spécial de Mr Kadhafi .Maintenant je me dois également de vous expliquer à quel titre je fus admis à ces réunions et pourquoi j’ai été chargé de ‘’défricher’’ certaines questions logistiques...

 

Je vous remets à présent un dossier que je vous demanderais de ne pas ouvrir immédiatement , vous remarquerez , le drapeau sur la couverture il s’agit du nouveau drapeau choisi pour cette nouvelle République Arabe.

 

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

-« Vous avez vu mon nom sur la carte que je vous ai remise, Halen Thera Lawrence , de prime abord ce nom ne vous dit rien, ce qui est normal  . Je suis né en 1926 , je suis le fils d’Arnold Walter Lawrence né en 1900 .

 

IL était le fils cadet des 5 fils de sir Thomas Chapman 7éme Baronnet du château de Killua en Irlande.

 

Mon père était le cinquième fils des 5 garçons de Sir Thomas Chapman mais le second ....était Thomas Edward Lawrence plus connu sous le nom de Sir Lawrence d’Arabie, mon père était son plus jeune frère....Sir  Lawrence d’Arabie était mon oncle..... !

 

Ce lien familial me permet de me positionner d’une manière très privilégiée auprès des principaux dirigeants Arabes , quelques soient leurs inclinaisons politiques ou ethniques...et c’est pour cela que je suis là aujourd’hui devant vous .

 

Maintenant, monsieur de Ste Marie vous pouvez prendre connaissance du dossier que je viens  de vous remettre.....Ah, auparavant je vous signale un point pour que vous ne soyez pas étonné , la majeure parties des clauses et des prescriptions requises par ce marché ,vous sembleront pilotées par la Lybie et c’est tout à fait exact. Sans qu’aucune clause ne favorise la Lybie ou ne lèse la Tunisie....ce sont purement des clauses logistiques de bon sens destinées à simplifier la réalisation de ce marché.... !

 

Vous n’êtes pas sans ignorer les liens financiers qui existent entre la Lybie et votre Groupe surtout , le fameux axe Tripoli Turin et encore plus aujourd’hui, depuis que la société  Libyenne Lafico ,qui est liée au colonel Kadhafi ,va détenir dans moins de 24 mois , 10% des actions FIAT.  Nous en sommes au début de la crise pétrolière et Gianni Agnelli a commencé à faire  intervenir  Mediobanca et Banca di Roma pour faire entrer Lafico dans le capital de la Fiat....

 

Côme de Ste Marie était  abasourdi par ce discours , il semblait avoir du mal à s’accrocher à un point quelconque pour continuer la discussion . Il ouvrit le dossier ,il devait y avoir une vingtaine de feuilles, il les feuilleta s’arrêta sur la quatrième et lu à haute voix :

 

-« ....le présent projet d’achat porte sur l’acquisition de 1950 véhicules , types utilitaires , séparées en 5 tranches distinctes :

  • 500 véhicules gamme 18T
  • 450 véhicules gamme 30T semi-remorque
  • 400 véhicules gamme 56T semi-remorque
  • 300 véhicules 4X4 -  7T / 10T
  • 300 bus capacité 20 et 30 places (450 et 450)

 

IL recommença à feuilleter le dossier et s’arrêta à nouveau , sur la 9 éme page , le doigt suivant les lignes en continuant à lire à haute voix :

 

  • Les livraisons s’effectueront suivant un calendrier à définir entre l’acheteur et le vendeur, propre à chaque gamme de véhicules ,sachant que la totalité des 5 lots devra être livrée dans un délai maximum de 36 mois .......
  • Début des livraisons sous 60 jours suivant la mise en place du moyen de paiement, qui sera effectué par crédit documentaire ferme et définitif ouvert sur une banque de premier rang.......
  • La destination finale de chaque lot de véhicules expédié sera soit le Port de Tunis-Goulette-Radès , soit le port de Benghazi, lieux de livraisons définis à la mise en place de la proposition du calendrier des livraisons par...
  • L‘offre devra comporter les prix de vente pour chaque gamme de véhicules ,établis : Ex-Works / FOB port Italien  et CIF Tunis La Goulette ou Benghazi ,fermes et non révisables jusqu’à la livraison des derniers véhicules, suivant les........

 

Quelques minutes plus tard, Côme referma le dossier , Lawrence l’avait laissé lire sans l’interrompre, Côme le regarda et dit simplement :

-« J’ai lu également lu au 10 éme paragraphe que nous devions, dans l’hypothèse ou nous souhaiterions répondre à cette demande ,présenter un véhicule de chaque type que nous proposons ,en démonstration , sur les sites choisis par les acheteurs..

 

-« Effectivement, afin que les acheteurs puissent visualiser le matériel et se rendre compte des performances possibles en situation réelle

 

Il était 14h30 , aucun des deux personnages ,ni de Sainte Marie ,ni H T Lawrence n’avait évoqué l’idée de faire un break pour manger quelque chose....

 

15h , Côme de Ste Marie prit une décision, qui allait avoir de nombreuses conséquences pour la suite de cette affaire....il se leva et dit :

 

-« Je vais appeler notre direction ventes export à Turin et parler de ce dossier à Mr C........  Ra........ Notre Président Fiat France , qui est en ce moment ici , entre deux voyages. Nous avons de la chance....

 

-« Bien, je vous en prie, pourrais-je téléphoner, quelques coups de fils à  donner pour faire un premier point avec les acheteurs , les tenir au courant ....

 

-« Bien entendu , installez vous à mon bureau, je vais à coté de toutes façons . Le bouton rouge pour l’extérieur ou demandez votre n° à mon assistante...

 

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Côme sortit en refermant la porte de son bureau , son assistante la rouvrit immédiatement, passa la tête par la porte entrebâillée en demandant si Lawrence désirait un café ou une boisson froide, ce fut un café....

 

16h15 ,Côme revient à son bureau accompagné d’un homme jeune , assez grand , Italien, un peu la trentaine dépassée , sans veste, manches de chemise retroussées , cravaté . Côme le présente :

-« Mr Cris.....  R....... , notre Président , Mr H T Lawrence représentant les intérêts du Groupe dont je vous ai parlé, et qui nous présente un dossier pour une consultation portant sur un achat à l’export de plusieurs centaines de véhicules....

 

Ils se serrent la main ,

 

Le Président -« Vous êtes ici pour combien de temps Mr Lawrence ?

 

-« Je compte ne rester que 24h en France , le temps de vous rencontrer, vous remettre en mains propres mon dossier, vous fournir de vive voix des détails qui ne sont pas dans le dossier , puis ,si vous acceptez d’étudier notre consultation , je vous confie ce dossier , et je compte rentrer dès ce soir sur mon bureau de Tunis ou au plus tard demain matin

 

Le Président se tourne vers Côme , ils échangent quelques mots ,puis il se retourne vers Lawrence et lui dit :

 

« Moi je vous propose de partir ce soir pour Turin, avec Mr de Sainte-Marie , nous serons plus à même de traiter ce dossier là-bas, car nous aurons sur place toutes les personnes en charge des différentes parties qui composent votre demande. Nous pourrons avoir immédiatement les réponses , les faisabilités , les interlocuteurs concernés seront autour de nous et, nous pourrons dégrossir très rapidement le volet des véhicules à envoyer sur site pour les essais, pendant que les autres Départements monteront un premier Forecast planning des livraisons par types de véhicules . Qu’en pensez-vous Mr Lawrence ?

 

Côme approuve par un hochement de la tète cette proposition , Lawrence lui, semble un peu pris au dépourvu ,mais il  répond néanmoins au Président R....... :

 

-« C‘est effectivement une solution pertinente qui offre le maximum de chances de monter ce dossier rapidement et de réduire les erreurs ou les oublis possibles a, à peu près ,zéro....mais je ne peux pas partir pour Turin comme cela , j’avais prévu de ne rester que 24h en France et je n’ai avec moi qu’un strict minimum de bagages et de vêtements, ce ne sont que des détails domestiques....mais très inconfortables , pénalisants pour moi, vous le comprenez je pense .

 

Le Président sourit à Lawrence en lui rétorquant :

-« J’avais un peu envisagé cela ,  donc soyez sans crainte pour votre quotidien, nous nous occupons de tout ,et nous prenons en charge tout votre séjour .

Dès demain matin , la première chose à faire, sera de vous faire conduire chez mon tailleur à Turin , il a tout ce qu’il vous faut et il vous fera en quelques heures des vêtements sur mesures , ensuite nous vous amènerons dans d’autres différents magasins pour le reste de votre habillement .....

 

Nous rencontrerons les gens concernés par notre dossier en fin de journée . Je ferai mettre une réunion pour 17h 30, 18h, puis nous irons diner ensemble avec quelques personnes de la Direction ventes export et ainsi nous pourrons continuer à parler de notre affaire . Qu’en dites-vous Mr Lawrence ?   

 

-« Et bien, j’avoue que je suis très sensible à votre offre , si vous le permettez ,je vais contacter les acheteurs  pour les informer de votre proposition afin de connaitre leur avis...puis-je téléphoner tout de suite ?

 

-« je vous en prie , nous vous laissons appeler, venez de Ste Marie il y a quelques détails que devez régler , et avertir.........pendant ce temps je me charge d’avertir Dante et Di Benedetto de ce changement de programme , votre assistante doit aussi faire les........allons-y ..... !

 

 

 

 

 

 

Chapitre II 

Le loup de Turin

 

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Le soir même , parti d’Orly, un avion d’Air France emmenait vers Turin , de St Michel et Lawrence......

 

 22h , atterrissage à Turin ou là ,un chauffeur de la FIAT  les attendait à la sortie des comptoirs d’arrivée, pour les amener à une Fiat berline 130 , grise , qui les attendait au bord du trottoir .

 

La voiture démarra en souplesse et pris l’autoroute Turin – Caselle en direction de Borgo Vittoria ou ils arrivèrent en une trentaine de minutes .

 

Ils continuèrent tout droit en descendant le  Corso Principe Oddone , laissèrent sur la droite San Donato , puis le Museo del Carcere le Nuove , continuèrent tout droit par le Corso Inghilterra , tournèrent enfin à gauche dans le Corso Vittorio Emanuel II et arrivèrent enfin sur la Piazza Carlo Felice  .

 

Le Chauffeur arrêta la voiture devant l’hôtel Roma e Rocca Cavour , un hôtel *** , un des plus anciens de Turin ,ou une suite avait été réservée pour Lawrence .

 

 

 

De Ste Marie, l’accompagna jusqu’à sa suite, ils étaient précédés par un valet de chambre qui signala, que conformément aux instructions reçues , tout un assortiment de produits de toilettes, avait été mis à la disposition du Dottor Lawrence  ,dans la chambre , en espérant que tout serait à convenance et surtout ,que le Dottor n’hésite pas à demander quoique ce soit ,s’il avait besoin d’autres choses ...le tout avec un accent Piémontais très prononcé ,forces courbettes et mouvements très larges des mains....

 

 

 

 

De Ste Marie prit congé de Lawrence , car lui était logé à la Résidence Sacchi .

 

La via Sacchi est à quelques minutes de la Piazza Carlo Felice  ou était basé Lawrence .

 

 La résidence Sacchi est dédiée, en partie ,aux visiteurs étrangers du  Groupe en mission pour quelques jours ou plus, et aux cadres de la Fiat en déplacements à la maison mère .Elle est située à 25 mn environ du Lingotto , le nom donné au site de l’usine Fiat à Turin.

 

De Ste Marie,  rappela enfin à Lawrence que le chauffeur, le même que ce soir, serait là, demain matin à 9 h ,accompagné par Carlotta Vercellino , l’assistante d’Eugenio di Benedetto , un des Directeurs des ventes exports camions ,pour le Moyen-Orient.

Ils se rencontreraient le lendemain ,en fin de journée avec d'autres personnes concernées également par ce dossier....

 

 

Jeudi 9 Aout 1973 , 9h du matin .

 

Lorsque Lawrence descendit dans le hall de l’hôtel , il vit une jeune femme , trente, trente cinq ans ,qui attendait debout près du comptoir de réception , et qui lui sourit en le voyant s'avancer . 

 

Elle tendit la main  en disant avec un charmant accent italien :

 

-" Buon giorno Dottor Lawrence , je suis Carlotta Vercellino et, je suis chargée de vous accompagner dans un magasin afin que vous puissiez vous ''réorganiser'' ,car je crois savoir que vous avez fait un départ plutôt rapide de Paris n'est-ce-pas ?

 

- « Effectivement lui répondit Lawrence en souriant , et je vous remercie d'avance pour les conseils que vous voudrez bien me donner.....et le temps que vous allez me consacrer !

 

-« Mais c’est normal , je vous propose que nous nous rendions directement au magasin Rinascente, il est tout à coté , c’est à 5 minutes à pied de l’hôtel ,  nous sortons , nous prenons à droite la via Giuseppe Luigi Lagrange et le magasin est au n° 15 à 500 m d’ici !

 

C’est l’équivalent de vos Galeries Lafayette à Paris  , que du haut de gamme .....et de plus vous pourrez ainsi trouver tout ce dont vous avez besoin en un seul endroit !

 

-« Mais c’est parfait !

 

Ils sortirent sur le trottoir ,tout en devisant.

Bien qu’il ne soit qu’un peu plus de neuf heure du matin , la via Lagrange était déjà très animée, du monde était déjà installé aux terrasses des Trattorias .

 

 

 

 

Carlotta expliqua à Lawrence que le choix d’aller au Rinascente avait été fait par son patron le Dottor di Benedetto car ce magasin offrait plusieurs avantages :

 

-« D’abord, Dottor Lawrence, vous trouverez en un seul endroit tous les vêtements et accessoires pour une garde-robe complète et de plus,  je peux vous le dire, car ce n’est pas un secret , en 1969,il y a quatre ans , la société à laquelle appartient ce magasin a été vendue à la famille Agnelli et au groupe Fiat à travers IFIL qui est une société d’investissements contrôlée par la Famille Agnelli.

 

-«  Mais c’est magnifique répondit Lawrence.....

 

Ils arrivèrent devant l’entrée du magasin , Carlotta avisa le portier en uniforme galonné ,qui paradait en faisant les cents pas devant les clients qui entraient et sortaient....et lui demanda :

 

-« Ciao signore, potresti dirmi dov'è l'ufficio del Dottor Ettore Belmadi ?

Naturalmente, quando entri, prendi l'ascensore alla tua sinistra, quello blu ,questo è      il 5 ° piano e vi troverai dirigere il suo assistente . 

-« Grazie mólto !

 

Elle se retourna vers Lawrence ,

 

-« Venez Mr Lawrence , nous montons voir Mr Belmadi, le directeur du magasin....

 

J’ai demandé au portier ou se trouvait son bureau... nous allons commencer par aller le voir car lui, va vous faciliter toute votre journée ici...le Dottor Di Benedetto , mon directeur,l’a appelé hier soir pour le prévenir de votre visite en lui demandant de bien vouloir faciliter toute votre visite ici.

Mais , il avait déjà été prévenu par notre directeur financier Luigi Vintimiglia ...

Il va mettre à votre disposition une vendeuse pour toute la journée qui vous guidera de rayons en rayons . Vous n’aurez à ne vous occuper de rien....

 

En effet, lorsqu’ils furent introduits auprès d’Ettore Belmadi , celui-ci assura Lawrence que tout serait fait pour qu’il puisse commodément faire ses achats , sans se soucier d’un quelconque règlement !

 

La personne qui serait mise à sa disposition ,se chargerait en interne, de régulariser les débits avec la comptabilité . Qu’il ne se soucie d’absolument rien . De plus tous ses achats seraient livrés directement à son hotel.

 

Lawrence se confondit en remerciements, Belmadi  l’assura que c’était la chose la plus naturelle du monde , et que c’était avec plaisir qu’il accédait à la demande de ses amis et collègues de la Fiat .

 

Carlotta attendit un peu pour prendre congé , une vendeuse entra , fut présentée à Lawrence , elle s’appelait Bianca.....

 

Tout le monde se quitta , Carlotta repartit vers le Lingotto , Belmadi à ses occupations de directeur... et Lawrence, accompagné de sa vendeuse commença par aller vers le rayon habillement des Hommes....

 

 

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!
Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Chapitre III

Que le festin commence

 

Toute la matinée jusqu’à 13 heures il chassa le beau costume chez Brioni, Valentino , et passa un long moment à discuter  avec le représentant de Kiton . La vendeuse s’était un peu éloignée pour ne pas déranger l’aparté entre Lawrence et le monsieur de Kiton, là on ne jouait plus dans la même cour....

 

Kiton ,maison récente puisque fondée en 1968 , comptait déjà, en quelques années ,parmi les plus prestigieuses maisons de couture au monde. Elle commercialise les costumes masculins parmi les plus beaux mais aussi les plus chers de la planète .

 

Les costumes les plus chers sont fabriqués en poil de vigogne ou en laine d'Escurial ; un délai d'un an est nécessaire pour la fabrication de ces costumes .

La clientèle de Kiton ,du fait de la production limitée de costumes s'apparente à un club privé. La maison ne fait pas de publicité et ne communique pas sur sa clientèle, laquelle est composée de princes, d'hommes d'affaires, de stars de cinéma....donc , là , la conversation entre Lawrence et l’homme de chez Kiton avait pris une tournure très confidentielle ....

 

Il semble que Lawrence avait trouvé ce qu’il voulait chez Kiton, à voir la manière dont les deux hommes prirent congés...

 

Il fondit comme un rapace sur les boutiques des Chausseurs Paolo Scafora  et Sutor Mantellassi , celui dont la signature est, la semelle de ses chaussures...elles sont bleues !

Là aussi il semblait avoir conclu quelques achats , sans grandes phrases, sobre et précis, mais terriblement efficace.....

 

Alain Figaret (NDLR : qui est le Chemisier du narrateur depuis plus de trente ans..) procura à Lawrence un nombre de chemises ,sur mesures ,en quantités suffisantes pour qu’il puisse paraître en société une semaine entière au moins .

Ainsi que quelques cravates d’un goût sûr, des nœuds papillons , pochettes de soie ,pour porter après 18h, ceintures, chaussettes, sous-vêtements divers et variés et enfin une paire de boutons de manchettes ,ronds, or et anthracite.

 

Il ne résista pas chez Montegrappa  devant un stylo à plume or, NeroUno Grande , maxi plume emblématique de la marque....

 

Bien que Lawrence  ait à son poignet une Piaget Altiplano, d’un goût certain et d’un prix allant de pair , il s’arrêta chez Panerai , devant une Luminor Due , discuta avec le vendeur ,montrant à quelques pas la vendeuse qui, avec tact savait être présente tout en étant invisible.....

 

Vers 16h, Lawrence remercia la vendeuse pour la sollicitude dont elle avait fait preuve toute la journée , et lui expliqua qu’il se faisait livrer à l’hôtel pour ce soir un minimum d’affaires qui allaient lui permettre de tenir les quelques jours à venir et qu’il avait réservé et placé des précommandes sur quelques articles moins urgents , qu’il allait revenir fin semaine prochaine , il ferait prévenir son directeur Mr Belmadi la veille de sa visite et lui demanda s’il serait possible que ce soit elle à nouveau qui l’accompagne cette fois encore....... 

 

Bianca, confuse mais ravie l’assura que ce serait possible et qu’elle allait avertir Mr Belmadi . Ils se quittèrent, Lawrence s’inclina légèrement en serrant la main de la vendeuse, celle-ci allait presque faire un début de révérence ,tant elle était charmée par les façons gentleman de cet  homme....

 

 

Elle rapportait à sa comptabilité les factures internes de ce qui était livré ce soir à l’hôtel de Lawrence, ses achats étaient :

Une paire de chaussure, les chemises, cravates, boutons de manchettes ,sous-vêtements, chaussettes....et cela faisait un montant total de  550 000 lires .

(pour une bonne compréhension du lecteur cela représente aujourd’hui  en 2018, une somme de 3311 euros....)

 

 

Il était 17h30. Ainsi que cela avait été prévu, le chauffeur attendait Lawrence dans le hall de son hôtel , pour l’emmener au siège de la FIAT.

 

Arrivé au Lingotto , il fut conduit immédiatement dans le bureau d’Eugenio di Benedetto .

 

Là, il retrouva, outre Di Benedetto et Carlotta Vercellino ; de Ste Marie , C R........le Président du Groupe France ,qui lui présenta les personnes qui étaient dans le bureau.....

-« Bernardo del Clero  Directeur du Département financier , Massimo Albizzi  Directeur du Département juridique , Ettore Pucci  Directeur de la production véhicules utilitaires , Nigel Gabanna Directeur commercial de la zone Moyen-Orient , Carlo Gentile  Spare Parts et After sales Directeur .

 

Chacun de ces hommes étaient décideur au plus haut niveau dans son secteur .

 

La réunion débuta sans plus de préambule ,tout le monde avait pris connaissance du dossier apporté par Lawrence ainsi que de la particularité de sa position dans cette affaire. Nigel Gabanna et Massimo Albizzi regardaient plus particulièrement et avec un intérêt soutenu Lawrence.

 

Leurs connaissances des aspects ‘’noirs’’ des grands dossiers internationaux leur faisait apprécier tout l’intérêt que représentait Lawrence dans cette négociation

 

 

 

La réunion dura jusqu’à 20 h 30.

 

Là , Lawrence apprit à tous ses interlocuteurs qu’un second dossier existait et qu’il allait leur être présenté.

Ce second dossier comportait, la demande de dotation en pièces de rechanges qui devait accompagner la fourniture des camions .

 

Toutes les personnes présentes se laissèrent aller à quelques réflexions sur ce nouveau dossier et les nouvelles études qu’il allait engendrer.....en arrière fond, dans le silence des pensées de chacun , le total financier de la fourniture des pièces de rechange se calculait suivant des méthodes différentes...mais toutes arrivaient à un résultat qui était l'enveloppe globale dont le montant s’écrivait avec 10 zéros.....derrière un premier chiffre qui variait suivant le rêveur..... !

 

21h 30 , tous les participants entrèrent dans restaurant le Solferino , au bout de la Piazza Solferino... ,il leur avait fallu 15 minutes pour faire les 5 km qui les séparait du Lingotto .

 

 

0 h 45 , le diner touche à sa fin , Lawrence  a informé le Team de la FIAT ,au cours du repas , que Dimanche , le dossier des pièces serait apporté par un collaborateur Tunisien .

Dans les pays du Maghreb le Dimanche est le second jour travaillé de la semaine , le weekend étant le jeudi & vendredi donc, dimanche , allait arriver David Bellaïche , et lundi matin , ils auraient en mains le dossier.

 

Vendredi 10 août .

 

La journée se passa dans le bureau de Di Benedetto ils définirent avec les personnes concernées, la logistique à mettre en œuvre pour préparer les 3 camions qui seraient envoyés en test vers Benghazi et La Goulette .

 

 

Il fut décidé que le modèle 682 N4/T4 serait choisi pour présenter le 18 T , le  30T et le 50 T  les versions routes ou chantier étant modifiées à la demande à partir d’une base commune .

 

 

L’autocar serait un FIAT 308 équipé d’un moteur 8200.12 , version longue 10,50 m et 42 places assises .

 

 

Les camions tous terrains seraient des 639 N3 version militaire CM52 .

 

  

Avant de continuer plus loin, parlons chiffres.....si vous le voulez bien....!

 

Un camions modèle 682 version 40 tonnes en 1973 valait ,neuf, en prix catalogue, hors options ,avant négociation,  71 300 000 lires .

 

Si nous considérons la totalité du marché , soit 1950 véhicules de 5 types différents , à des prix tarifs spécifiques à chacune des gammes ,et qu’il est raisonnable d’ estimer, qu’une remise autour de 35% sur le prix catalogue fut appliquée pour chaque type de camions ....

Nous en arrivons à considérer que ce marché représente une enveloppe globale de 97 milliards  324 millions de lires 1973 soit, au 26 février 2018, une somme de  747 millions d’euros .....En arrondissant ,of course !

 

Il faut également tenir compte qu’une dotation pièces de rechange est fournie sous forme d’un stock de consignation , les sorties pièces sont facturées mensuellement .

 

Une dotation de base est mise en place au départ, puis ce stock est approvisionné ,free of charge, en fonction des consommations de pièces qui ,elles, sont facturées .

 

(Le fameux principe, entrée gratuite, sortie payante.....! )

 

Un inventaire est fait chaque année à date fixe , par du personnel du vendeur, détaché pour cette mission, afin d’établir un audit sous forme d’une consolidation des entrées, des sorties facturées, et des stocks existants.

 

On estime que le stock de pièces servant à la maintenance du parc de véhicules doit fonctionner sous cette forme pendant au minimum 5 ans, maximum 10 ans .

 

Puis le stock est vendu dans sa totalité à l’acheteur et son réapprovisionnement se fait de manière traditionnelle sous forme de commandes mensuelles ou de dépannages, passées par les magasins pièces de rechange de l’acheteur

 

Dans le cas présent , la dotation de base pièces de rechanges  à fournir initialement, en stock dépôt doit représenter , approximativement , une valeur 1973 , de  7 milliards 786 millions de lires , soit environ 60 millions d'euros 2018

Je vous ferais grâce des considérations techniques et logistiques à propos de la localisation des sites ou doivent être installés les différents stocks dépôts...

 

 

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Samedi 11 Aout ,

 

On prend en charge Lawrence pour lui faire visiter le Lingotto et en particulier le circuit d’essai qui se trouve sur le toit de l’usine FIAT.

 

 

 

Une voiture les emmène sur le toit en utilisant la rampe d'accès ,comme font tous les véhicules qui veulent s'y rendre .

 

 

 

Justement ,une course entre Vespas et Lambrettas  s’y déroule....FIAT autorise son personnel à l’occuper pour des activités de détente le Dimanche .

 

 

Dimanche 12 Aout ,

 

15h , un taxi s’arrête devant le Roma e Rocca Cavour , un homme ,la cinquantaine, en descend , Lawrence est déjà dans le hall et s’avance pour l’accueillir .

A les voir se saluer , on devine qu’une longue amitié les réunit .

David parle couramment et avec un léger zézaiement , l'Anglais, l’italien , le Français ,le Tunisien , et suffisamment d'Allemand pour ne pas mourir de soif à Munich ....

David amène le dossier des pièces de rechanges , ils vont s’installer dans un salon pour en discuter commodément , ils y restent jusqu’au soir ,parlent-ils que du dossier ..... ?

 

 

Lundi 13 Aout

 

Réunion dans le bureau de Di Benedetto au Lingotto . Présentation avec un tour de table de David Bellaïche , ordre du jour , étude du dossier pièces de rechanges , la constitution de plusieurs stocks dépôts , tant en Tunisie qu’en Lybie .

Vaste étude mais qui est à réaliser avant la fin du mois d’Aout.

 

Suggestion de David Bellaïche : la possibilité de faire accompagner chaque véhicule d’un lot de bord qui constituerait une dotation minimum de base qui permettrait , pour les 6 premiers mois, de réaliser l’entretien courant du moteur , de pouvoir effectuer le remplacement normal des pièces d’usure , et de faire face au changement éventuel de certains composants électriques, tout ce matériel suffirait à faire la passerelle avec l’arrivée des premiers dépôts de pièces  les pièces non utilisées serait réintroduites dans le nouveau stock de pièces .

 

Concertation rapide des ‘’hommes pièces’’ , réponse : Oui , faisable et prudent , évite l’envoi en urgence de commandes de dépannages...

C’est une procédure déjà employée lors de l’envoi en Afrique de petites unités de 10 ou 20 camions qui doivent être mis en activité dans des sites ‘’hors zones habitées’’

 

 

14 Aout, 15 Aout,16 Aout  

Les trois jours avaient été mis à profit, y compris le 15 Aout, pour préparer les 3 véhicules qui devaient être expédiés ,finalement , tous les trois vers le port de Benghazi .

 

Une partie des tests consistera à rejoindre la Goulette via un itinéraire moitié routes ,moitié pistes.....

 

L’itinéraire était définit comme suit :

 

Benghazi / Syrte par la route côtière 570 km il faut environ 7h 

 

Puis ,de Syrte, rejoindre Ash Shwayrif à l’intérieur des terres par la piste , 310 km ,5 h de route .

 

 

Repartir de Ash Shwayrif  sur Ghadamès , distant de 500 km, toujours de la piste , transversale dans le désert , 9h de conduite .

 

Enfin remonter de Ghadamès jusqu’au port de La Goulette à Tunis , en partie piste, en partie route , cette distance de 1050 km se couvrirait en une quinzaine d’heures .

 

 Au total ,les camions auraient parcourus 2422 km , cela demanderait  pour les chauffeurs 33 heures de conduite , 33 heures de vigilance , d’être aux aguets du moindre disfonctionnement et de noter le comportement des véhicules .    

Puis arrivés à La Goulette les camions seraient démontés,contrôlés afin de voir comment ils avaient supporté le trajet .

 

Le véhicule de chantier serait ensuite prêté  pour un mois a la Compagnie des Phosphates de Gafsa .

Pour cela il serait envoyé sur Metlaoui , plus précisément à la Laverie de Kef Eddour , une des douze laveries destinées au traitement du minerai de Phosphates.

 

 

L’autocar ,lui ,serait destiné pendant un mois aux rotations quotidiennes  des ouvriers entre Metlaoui et la Laverie de Kef Eddour soit 50 km aller et 50 km retour sur une route glissante de sable dur et avec ,par tronçons, des portions de Fesh-Fesh......

 

 

 

Quant au 4X4 il serait affecté en lybie, à la Douane de l’aéroport de Sebha ,au centre du pays ,dont les misions mi-urbaines ,mi-hors pistes ,en plein désert serait un parfait contexte pour juger des capacités de la robustesse du  matériel à évoluer en conditions mixtes extrêmes .

 

 

Vendredi 17 Aout 8 h du matin .

 

Les 3 véhicules : Le camion de chantier , l’autocar et le 4X4 /639 N3 étaient près à quitter la cour de l’usine FIAT .

 

Il allait leur falloir entre deux et trois heures pour rejoindre le Port de Gênes ou Dimanche ,ils devaient être mis à bord d’un ‘’Ro-Ro’’ (Roll-on, Roll-off ) navire marchand appelé aussi ‘’Roulier'' faisant du transport de véhicules sans l’aide d’une grue de quai pour le chargement.

 

(Pour information, les véhicules sont chargés sur ce type de navires grâce à une ou plusieurs rampes d'accès.)

 

 

Chapitre IV 

 

 Il faut être deux pour danser.....

 

Vendredi 17 Aout

 

11h30 du matin

 

 

Les 3 véhicules se garent sur les quais du Port de Gènes , les conducteurs sont drivés sur le quai par un ‘’Pointeur de réception’’ ,un docker à la vacation qui réceptionne et qui prend les « réserves » sur tous les véhicules arrivants, même ceux sans chauffeurs .

 

Le ''Pointeur'' les dirige vers l’ extrémité des quais , près des hangars .

 

Ils descendent , papiers et  documents du véhicule à la main .

 

L’employé de réception de quai ,leur rappelle ,en Italien et avec un léger zézaiement, que les portières doivent être fermées mais non verrouillés.

Les clés doivent être retirées du contact et conservées dans le vide-poches du côté conducteur et les véhicules doivent avoir leur frein de stationnement enclenché et leur 1ère vitesse engagée.

(Sur les véhicules à transmission automatique, le sélecteur de transmission doit être en position P).

 

Puis il fait le tour des véhicules pour vérifier la présence des renforts entre les longerons et les cadres extérieurs ainsi que les quatre paires d'anneaux d'arrimage placés à l’arrière et à l’avant.

 

Ces éléments de carrosserie sont nécessaires au saisissage ,opération servant à caler et immobiliser les véhicules dans les cales.

 

Les trois chauffeurs remontèrent dans une fourgonnette qui les avait suivi, et reprirent le chemin de la FIAT .

 

 

13h sur le port de Gênes

 

L’employé les regarda partir , fit un signe à trois personnes qui était à l’écart , elles le rejoignirent ,ils eurent une brève conversation, il leur donna les papiers des véhicules, leur montra ou étaient les clés , ils se serrèrent la main , les véhicules firent demi-tour sur place , repartirent en sens inverse et sortirent de l’enceinte du port....

 

 

13h via Giuseppe Luigi Lagrange 

 

Un homme grand et distingué, la cinquantaine entre dans le magasin Rinascente , c’est Lawrence....

Il monte directement dans les étages , se fait annoncer auprès d’Ettore Belmadi, le directeur du magasin...., qui se lève en le voyant arriver .

Lawrence , après quelques phrases d’usage, lui dit qu’il va se rendre aux rayons habillements afin de prendre certaines affaires qui n’étaient pas prêtes jeudi ,la semaine dernière , mais que tout avait déjà été comptabilisé .

 

Ettore Belmadi  acquiesce et lui dit que Bianca , était absente cette après midi , qu’il dise simplement au chef de rayon que Mr Belmadi était parfaitement au courant de ce qu’il venait chercher  , et il griffonna sur une feuille à en-tête de la Direction :

Accord d’Ettore Belmadi pour les enlèvements de marchandises faits par Mr Lawrence cet après-midi , 17 Aout.

 

Il signa et lui remis ce papier . Lawrence le remercia de son extrême obligeance  , il prit congé , et se rendit directement chez le tailleur Kiton .

 

Puis ce fut chez les chausseurs Paolo Scafora  et Sutor Mantellassi  .

 

Alain Figaret le Chemisier ,reçut à nouveau avec un grand sourire et forces compliments....

 

Montegrappa , l’orfèvre des accessoires de luxe ouvrit ses plus belles vitrines pour lui...

Enfin,  Panerai , eut à cœur de lui présenter les dernières montres qu’il venait de recevoir

 

 

18h Piazza Carlo Felice  .

 

Plusieurs voitures aux logos de marques prestigieuses se suivirent jusqu’à 19h 30 , et chaque livreur annonça qu’i venait faire des livraisons pour Mr Lawrence

 

Samedi 18 Aout 9h du matin 

 

De Ste Marie entra dans le Roma e Rocca Cavour , dit au concierge de bien vouloir prévenir Mr Lawrence qu’il venait d’arriver .

 

Le concierge lui répondit que Mr Lawrence avait quitté l’hôtel ce matin de très bonne heure , à 6h . Il avait même demandé à être réveillé à 4h30 ce qui est vraiment très tôt.....

 

De Ste Marie lui demanda ,

-« mais comment est-il parti ,comment a-t-il quitté l’hôtel , quelqu’un est venu le chercher ?

 

-«  Oui bien sûr, il y avait un break Ford Cortina jaune marron clair qui était garé devant , et même le chasseur a aidé Mr Lawrence à descendre tous ses bagages pour les mettre dans le break , le conducteur  a aidé également et ils sont partis très rapidement .

 

De Ste Marie sentit que son cœur avait eu un moment d’arrêt , une boule de vide s’était formée dans son ventre .

Il se sentait tout d’un coup tout seul au milieu d’un grand désert, il avait compris à la seconde ou il apprenait comment Lawrence était parti qu'une catastrophe venait de se produire, qu’il ne le reverrait plus.....

 

 

De Ste Marie prit le téléphone posé sur le comptoir du concierge sans même penser à lui demander s’il pouvait....il composa mécaniquement le numéro de Di Benedetto .

Il entendit Pronto dans le combiné et reconnu la voix d’Eugenio.

 

-« Eugenio, je suis à la réception du Roma e Rocca Cavour , on m’apprend que Lawrence à quitté l’hôtel ce matin à 6h , on est venu le chercher avec un break , il a tout emmené ce qu’il avait avec lui, il n’y a plus rien ni personne ici , je suis tout seul .... !

 

-« Côme ! Tu as mal entendu , ce n’est pas possible, tu as mal compris, redemande .

 

-« Eugenio , je n’ai pas mal compris , il est parti, parti , un point c’est tout, y a plus rien , il a tout emmené .

 

-« Viens me rejoindre au bureau, j’y vais tout de suite, je préviens Cristiano , del Clero, Albizzi, Pucci, Gabanna et Gentile , à tout de suite !

 

Côme raccrocha le téléphone , regarda longuement le concierge sans dire un mot , détourna les yeux en soupirant, demanda au concierge si rien n’avait été laissé pour lui, un papier , une enveloppe....Non rien, il n’avait rien laissé .....

 

Côme gonfla les joues en soupirant, tourna les talons et ressortit de l’hôtel .

 

 

 

Samedi 18 Aout 10h30 .

 

Tous les protagonistes de cette affaire moins C /R  le président France étaient là ,debouts dans le bureau de Di Benedetto , aucun ne s’était assis , ils se regardaient, les mains dans les poches , se faisait encore raconter par De Ste Marie , ce qu’avait dit le concierge de l’hôtel.... 

 

Ce n’était que des :

-« Incroyable...mais De Ste Marie ,vous le connaissiez bien ? Ce n’est pas la première fois que vous le voyiez ? Avez-vous rencontré ou eu au téléphone  les acheteurs finaux ? ....ect ...et encore...et puis...mais alors !!!   au fait...... !

 

Les questions s’enchainaient ,  de Ste Marie répondait en donnant des arguments crédibles pour tenter de justifier son rôle d’avoir ‘’coaché’’ ce Lawrence jusqu’au saint des saints de FIAT , mais rien n’y faisait, plus les questions devenaient précises , plus il s’effondrait....

 

En conclusion c’était ,indéniable, limpide , clair , personne ne connaissait Lawrence , encore moins de Ste Marie que les autres.....il en avait des bouffées de chaleur qui lui montaient au visage, il dénoua sa cravate, il avait du mal à respirer...

 

Del Clero  le Directeur du Département financier dit :

 

-« Procédons par ordre , je propose que Massimo (Albizzi)  de par sa position de directeur du Dpt Juridique coordonne maintenant cette affaire et ses suites , d’accord ? 

 

Ce fut un va bene unanime !

 

-Maintenant continua Del Clero .....Un Silence.... combien nous coute-il ce Lawrence , dit-il en détachant lentement chacune des syllabes .

Nous l’avons entretenu  , pendant une semaine et nous lui avons laissé acheter un vrai trousseau de mariée !!

Je vais appeler Carlotta pour savoir ou il a été .

 

Un quart d’heure plus tard , del Clero reposa le téléphone , fit lentement le tour des visages de tous ces collègues devant lui ,s’assit derrière le bureau de di Benedetto , dit à la cantonade :

 

-« Asseyez-vous vous allez en avoir besoin... Lawrence s’est servi ,il n’y a pas d’autres mots, dans le magasin Rinascente avec la bénédiction d’Ettore Belmadi qui ,pour lui a la bénédiction ....de moi et de la FIAT.... !!

 

- Se servir, le mot est exact, mais pas assez fort car, je peux vous dire ,au centime près ,que Lawrence nous laisse une ardoise ,sèche ,de :

 

19 362 700 lires ou 33 580 US$,soit  le quart du prix d’un camion....en achats personnels  au Rinascente...vous apprécierez messieurs......de Ste Marie se liquéfiait sur  son siège .... !

(Pour info, 19 362 700 lires d’aout 1973  représentent la valeur de 149 000 € en mars 2018...)          

 

Del Clero s’arrêta de parler et regarda di Benedetto ,Ste Marie et les autres en leur disant

-«  Les camions, les trois camions pour les tests , ou sont-ils ?????? Sur le port de Gênes depuis Vendredi midi, je crois ?????  

 

Il chercha Massimo Albizzi du regard , celui-ci répondit immédiatement :

-« Faites les revenir immédiatement ici....si vous les trouvez !

Le directeur juridique contenait mal son agacement  face a cette situation.

 

Une chape de froid glacial s’abattit sur tout le groupe , Di Benedetto ,pris son téléphone , appela différents interlocuteurs , à la FIAT , au Port.....

 

La main sur le micro du combiné pour le boucher, il regarda tout le monde et dit simplement :

 

-" on a envoyé du monde sur le parking des départs , on ne les trouve pas, pourtant c’est visible un camion de chantier, un autocar, un 4X4 militaire .. Et au fait ,dans chaque véhicule il y a les lots de bords avec les pièces pour la maintenance ???

 

Sa voix devenait haut-perchée et commençait à trembler....au bout d’une demi-heure il raccrocha le combiné et dit simplement

 

-« ils ont disparu aussi , ils ne sont plus à Gênes ... !!!

Il tomba plus qu’il ne s’assit sur son fauteuil .

 

Del Clero ,  le financier ,ouvrit un dossier le feuilleta et dit simplement avec une voix blanche :

 

-« Les trois véhicules valent 238 millions de lires...silence......en Cost Price...

(Pour info , 238 millions de lires d’aout 1973 représentent une valeur de 1 825 000 € en mars 2018...) (Cost Price est le prix de revient ! ! ! )

 

On ne retrouvera jamais Lawrence , ni David , ni les  trois véhicules .... 

 

Vous dites escroc , je dis quelle classe....! Tout est réel, j'étais aux premières loges, nous commençons cette histoire en août 1973.... Et n'oubliez pas , tous les jours , il y a un nouvel épisode ! ne loupez rien !!!!

Plainte fut déposée au parquet de Turin, une enquête fut menée par une brigade d’enquêteurs pendant de longs mois , qui n’aboutit à ......rien !

 

Le maître escroc ,comme le surnommaient les inspecteurs , s’était volatilisé et, les retours des demandes de recherches faites auprès d’ Interpol, furent :

inconnu, inconnu, inconnu...... même, la méthodologie et l’identité employée ,n’avait jamais été utilisée auparavant...une primeur,  un baptême !! Dont la FIAT se serait bien passée......

 

Au fil des semaines, on ne put qu’affirmer, que :

 

-Personne ne connaissait , et certainement  ne connaitrait jamais ,la véritable identité de Lawrence .

-Les dossiers d’achats de camions et de pièces étaient faux, ce projet n’avait jamais existé sauf dans le cerveau du génial escroc et leur examen ne révéla rien de particulier , papier de texture banale, chemise cartonnée banale, machine a écrire employée....type courant , banal !

Signatures imitées , plus ou moins bien, cachets officiels , très bien reproduits...

 

-Par contre ,deux choses étaient vraies...

 

D’abord La filiation de Halen Thera Lawrence  qui lui, avait bien existé !!

 

Né en 1926 ,

Fils d’Arnold Walter Lawrence né en 1900, qui était le fils cadet des 5 fils de sir Thomas Chapman 7éme Baronnet.

 

Et, il était bien le neveu de Thomas Edward Lawrence : Sir Lawrence d’Arabie qui lui, était le second des 5 fils de sir Thomas Chapman...... 

On ne peut pas dire que des mensonges... ! Il faut s’appuyer sur un peu de vérité pour bien bluffer dans la vie....N’est-ce-pas ?

 

Et ensuite le projet d'union entre la Tunisie et la Libye !

 

Il devait mener en 1973-1974 à l'unification de la République Tunisienne et de la République arabe libyenne au sein d'un nouvel État qui devait prendre le nom officiel de Le République arabe islamique (RAI)

Approuvé par les dirigeants libyens Mouammar Kadhafi et Tunisien Habib Bourguiba, il n'a toutefois jamais été mené à son terme.....l’Histoire a des rêves qui emmènent loin les Hommes, s’ils ne se réveillent pas trop tôt...!

 

Mon Groupe , cette année là, passa en pertes  plusieurs centaines de millions de lires , qui n’avaient pas été provisionnées...on ne sait jamais quand ,on croise le chemin du neveu de Sir Lawrence d’Arabie ! N’est-ce pas... ?

 

De Ste Marie fut mis sous la direction d’un nouveau Directeur de Région  export qui le supervisa complètement , volets commercial et  financier... et à qui, il présentait ses notes de frais  pour visa et accord... !.

 

Vous croyez que mon récit s’arrête là ? Non, c’est mal me connaitre... ! 

 

 

 

Chapitre V 

 

 Le destin retourne sa dernière carte....la partie n’est pas finie ?  

 

 

Vendredi 22 Mars 1974 . 9 heures du matin .

 

Dans la cour du garage Diesel Armorique , situé à Kergrist-Moëlou ,  l’inspecteur pièces de rechange & SAV de chez FIAT VI , Roland Le Gallec , arrête le moteur de sa Fiat.

 

Il descend , prend sa serviette ,et se dirige rapidement vers l’atelier de mécanique pour aller saluer son vieux client François-Louis Kémeuner . Il tombe une pluie fine, un petit crachin....

 

C’est un des garages qu’il visite régulièrement . Celui-ci fait partie de sa tournée hebdomadaire . Lui ,à son bureau à Loudéac , à 60 km....

 

Il rentre dans l’atelier, secoue son trench-coat qui laisse tomber quelques gouttes de pluie et tend la main à François-Louis :

 

R - « Salut Francelouye (en breton, phonétiquement, France louille)  alors, comment il est ?

F -«  Salut Roland , bah , comme le temps c’matin , ça farine depuis 5 h ! ça s’lèvera pas ...

R –« Dis , t’as reçu la commande de pièces que je t’ai prise mardi ?

F –« Han, han pas de problème, hier soir , manquait rien....

 

 

Roland continue à bavarder mécanique et garantie avec François , il tourne ,il vire ,dans l’atelier , et tout à coup il aperçoit , derrière des fûts d’huile , quelque chose qui l’intrigue .

 

De loin, avec un coup d’œil très professionnel il vient de repérer un moteur , un 8210 , apparemment bien neuf ,sur un bâti métallique....et à coté, sur une palette ,une boite de vitesses.

C’est un groupe motopropulseur complet, moteur et boite,  ce qui n’est pas banal, il s’en approche....

 

 

R –«  Dis donc Francelouye c’est à toi le berlingot là ?

 

F -«  Ben oui ,pourquoi..

 

R –«  Parce que je ne me souviens pas que tu m’as commandé ça, c’est pas moi qui te l’ai vendu , non ?

 

F –«  Ben non, p’tète ben qu’ce n’est pas toi qui me l’a vendu celui-là....

 

R –«  Bah, qui c’est ,dans le coin, qui a pu te vendre un truc pareil, et puis je te rappelle que tu es agent FIAT VI François , tu ne peux pas acheter autre part !

 

F –«  Tu crois ça , pour les pièces peut-être mais ça c’est des organes , et quand il s’agit de sortir tant d’argent, je regarde à deux fois à qui j’achète....toi t’es trop cher !!

 

R -« Combien t’as payé ça , tu peux me le dire au moins !

 

F –«  Non , j’te le dirais pas , ce que tu peux savoir c’est qu’au prix ou tu vends un moteur et une boite ,je peux en acheter deux comme ceux là..T’es content , alors revois tes prix , et j’achèterai les organes chez toi !

 

Roland se tait , rumine son affaire, tout en tournant autour des deux composants , sous l’œil un peu amusé de François .

 

Comme il est assez loin de François et que celui-ci est sous un camion, il sort un morceau de papier , son stylo et écris le n° de série du moteur et de la boite .

 

Il veut en avoir le cœur net et savoir qui a planté ici, dans son secteur, dans le fin fond de la Bretagne, ce moteur et cette boite , pour ainsi dire neufs....

 

 

Vendredi 22 mars 17h , Loudéac, la concession FIAT VI .

 

Roland , rentré à son bureau ,fouille dans ses documents d’achats, à tout hasard, puis décroche le téléphone, il va appeler la succursale de Rennes , bon, ce n’est pas possible qu’ils aient plantés en direct ,chez lui, deux organes comme cela, mais il va demander à tout hasard .

 

Il a au téléphone , Rémi, le Directeur des ventes , il lui pose la question, l’autre est étonné, ne comprend pas sa question , et il lui dit :

-« Tu as les numéros de série ?

 

Bien sûr répond Roland , je te les donne ...il lui donne .

 

Rémi toujours autant surpris lui dit simplement :

 

-« Je ne connais pas ces n° de série là .

Ecoute je vais envoyer un télex à Trappes , au service pièces , leur demander d’où sortent ces deux organes. Avec le n° de série,ils vont me le dire, ils vont trouver ! Je te rappelle lundi matin pour te donner leur réponse , là c’est vendredi soir , y a plus personne , mais il trouveront mon télex lundi matin en arrivant et ils me répondront tout de suite , d’accord ?

 

-« D’accord fait Roland , merci et bon weekend ! A lundi !

-« A lundi !

 

Terminé !

 

Une mécanique s’est mise en route en Bretagne ,dans un petit garage , au milieu d’un bourg de moins de mille habitants ,ce vendredi là .

Elle ne s’arrêtera plus avant l’autre coté des Alpes , à plus de mille kilomètres de Kergrist Moëlou......souvent les grains de sable viennent de loin..... !

 

 

Lundi 25 mars 1974 Loudéac 10h du matin

 

Dans le bureau de Roland le téléphone sonne , il décroche :

 - « Roland Le Gallec , j’écoute

 

 - « Bonjour Mr Le Gallec ,je suis Michel T......... chef du groupe export pièces à Trappes , c’est Rémi , de Rennes ,qui m’a donné vos coordonnées pour que je puisse vous appeler . IL m’a dit que c’est vous qui avez relevé deux n° de série sur un moteur 8200 et une BV dans la cour du garage d’un de vos client de votre secteur , dans un petit bourg en Bretagne , c’est ça ?

 

 -«  Oui c’est moi qui as trouvé ça , vous savez d’où ils viennent ce moteur et cette boite ?

Parce que là , il y en a un qui n’as pas manqué d’air en vendant ça sur mon secteur à mon p’tit garagiste , il y en a pour quelques dizaines de milliers de francs...

 

 -« Oh oui je sais d’où ils viennent , je sors de réunion avec mon Patron ,Maurice R.......le directeur du Dpt pièces à Trappes , j’étais avec lui et J P Bab.......... le nouveau directeur des ventes camions exports Moyen-Orient , et on vient de nous raconter d’où venait vos deux pièces .

C’est pas une simple histoire de ventes pirate, ou de circuit parallèle , c’est très compliqué . Ecoutez, on m’a demandé de vous rejoindre et que nous allions ensemble chez votre garagiste .

Quand je serais arrivé, je vous expliquerai avant d’aller chez votre garagiste ,toute cette histoire , c’est un film , vous allez en tomber par terre ! Je vous dirais aussi ce qu’on veut qu’on fasse une fois sur place , heu....là c’est la Direction de Trappes qui le veut et Fiat Turin qui attends  une réponse , M’sieur Le Gallec vous avez soulevé un sacré lièvre  sans le savoir....

 

 -« Et bien, je pensais faire une semaine tranquille à savoir seulement qui était venu vendre dans mon dos, je vois que ça va bouger , et pas comme je le pensais !

 

 -« Tout à fait , et vous êtes loin du compte.... bon, alors voila ce qu’on fait , si vous voulez bien , il est dix heures et demi , moi j’attends des documents que Turin nous envoie par télécopieur ,il y en a une dizaine , ça va prendre un peu de temps car c’est pas rapide la transmission des docs, ,j’aurais tout vers onze heures et demi , je revois Maurice R.....mon Patron et je pars .

Je pense que je serais à Loudéac vers 5 heures, si vous pouvez me faire réserver une chambre dans un hôtel, pas loin de la concession , pour une nuit ,c’es tout, on ira voir votre gars demain, et puis on mange ensemble ce soir , vous nous réservez une table, un restaurant tranquille ,qu’on soit au calme , c’est possible tout ça ?

 

 -« Pas de problème , ça va me faire un peu de changement et c’est bien !

 

 -« Bon, je vous dis à tout à l’heure Roland , Ciao !

 

-« A tout à l’heure Michel, Kenavo !

 

 Midi , FIAT Trappes,

 

je monte dans ma Fiat 124 qui était garée au parking devant mon bureau , j’ai un dossier complet avec moi qui comprends les feuilles des mines d’un camion 682 N4/T4 , photos du camion, plus des docs identiques concernant un autocar Fiat 308 et un utilitaire 4X4 ,  type 693 .

L’histoire qu’on  vient de me raconter est un vrai film ..je me la repasse en boucle dans la tète , et je me demande bien ce qu’on va trouver derrière tout ça en Bretagne ....

 

Vous allez vous dire , pourquoi Michel est dans cette affaire... ? Tout simplement parce que j’étais le plus disponible , je connaissais aussi bien l’export que le réseau France et là , l’Italie était mêlée ,à l’histoire et puis je venais de l’équipe des inspecteurs itinérants pièces de rechange donc un milieu de travail que je connaissais....et puis, j’avais de bonnes  relations avec mon Directeur , donc, souvent, tout ce qui était bizarre je le récupérais.....et là, mon Dieu ,que c’était plus bizarre que bizarre !

 

17 h Côtes du Nord .le panneau Loudeac

 je me garre devant la concession Fiat,Remi a du me voir arriver ,devant les portes vitrées un grand gaillard, cheveux tres courts, visage ouvert et sympathique m'accueille .

Il s'avance ,main tendue .

 

-"Bonjour Michel, vous avez  fait bonne route? Vous êtes rapide. ...

 

-  "Oui ça a bien roulé, 

 

Je lui sers la main en lui disant : on se tutoie Rémi! Où est ce que tu m'as mis?

 

-" Pas loin ,5 mn en voiture ,à l'hôtel De France ,c'est à côté. À droite 1 km , tu ne pas le louper ,il est sur la gauche . J’ai réservé au nom de la concession tu t'arrangeras là - bas 

 

 

-" OK super  j'y vais, il est 5h et demi , je t'attends pour 6h et demi ,on prend l'apéritif ,je commence à  te raconter ,on va diner ,je te termine le film , ok?

 

-"Ça marche ,a tout à  l'heure !

 

 18h30 le bar de l'hotel Le France.

 

Il est 22h30 nous sommes dans le restaurant de l'hôtel Le France. J’ai fini de diner avec Rémi , je viens de finir de lui raconter l’histoire que vous connaissez...j’ai volontairement ‘’gommé’’ quelques détails qui n’auraient rien apporté de plus à sa compréhension du ‘’film’’ et ,il n’était pas utile de citer les noms de tous les acteurs qui avaient joués un rôle dans l’affaire...

 

Il est maintenant minuit ,  nous nous retrouverons demain matin , il viendra me prendre ici , à mon hôtel , pour que nous allions ensemble chez son Agent Fiat .

 

Mardi 26 mars 1974 , 8h 30 du matin.

 

Nous roulons en direction de Kergrist Moëlou , Loudéac / Kergrist 60 km....il nous faut une petite heure pour arriver chez le garagiste François-Louis Kémeuner .

 

Nous rentrons dans le garage, le patron Kémeuner  nous a vu arriver , il a un chiffon huileux à la main , il est en train de faire une vidange .

 

Il vient vers nous , Rémi me dit , pas trop fort :

-« le moteur et la boite ne sont plus là .

Je lui réponds qu’il les a peut-être déplacés.....

 

François-Louis nous serre la main , Rémi le questionne  direct :

-« Tu n’as plus le moteur et la boite que j’ai  vu Vendredi dernier dans le coin là-bas ?

Le François répond , les p’tits yeux plissés :

-« Quel  moteur, quelle boite ??

-« Tu sais bien d’quoi j’parle , ils étaient là-bas derrière les fûts d’huile , tu m’as même répondu  que si tu ne les avais pas acheté avec moi c’est parce que j’étais trop cher !!

 

-« Ah , tu veux parler de ceux-là , Bah ! les deux organes qu’étaient là , le client est venu les reprendre , ce n’était pas à moi , il me les avait laissé parce qu’il avait des marchandises à prendre à Carhaix  et qu’il voulait charger ‘’au cul’’ de son camion le moteur et la boite , car il devait les décharger en premier , c’est pourquoi il allait charger à Carhaix ,il mettait ce qu'il prenait au fond ....pourquoi c’te question ?

C'était pas à moi , j'ai voulu te faire monter un peu en te disant que j'les avais achetés...!

 

-« Mais c’est qui ton client ? Ou est-ce qu’il est parti ??? C’était à lui ces deux pièces ???

 

-« Oh là, Oh là , attendez , stop Messieurs !! Mon client c’est mon client ,ça ne vous regarde pas qui il est !! Pourquoi vous me demandez ça ! Qu’est ce que vous avez avec ce moteur et cette boite ? Et d’abord , je suis ici chez moi , je n’ai pas à vous donner des renseignements sur mes clients ! On aura tout vu !!

 

Vous êtes qui vous ? Me fait François en se tournant vers moi...

 

Je regarde Rémi...c’est lui qui répond :

-« Monsieur , c’est Michel T ..... il arrive du siège FIAT de Trappes , spécialement pour te demander d’où venait ces deux pièces et .....

 

Je reprends la main , je sens qu’on va faire ça à la Starky et Hutch , un bon , un méchant.... !

 

-« Ecoutez monsieur Kémeuner , vous êtes un garagiste très bien, très correct dans son travail avec FIAT , c’est ce que nous a dit Rémi... il n’est pas question que vous ayez des problèmes dans cette affaire là et je vais vous dire, franchement , ou nous en sommes aujourd’hui avec ce moteur et cette boite . Que vous compreniez bien ce qu’il se passe....

François nous montre deux chaises près de son bureau ,il s’assied, croise ses mains sur son ventre et me regarde .Je continue .....

-Voila , le moteur et la BV qui étaient chez vous ,étaient montés sur un camion neuf qui a été volé avec deux autres véhicules , sur le port de Gênes , en Italie , le 17 aout de l’année dernière .

Ces trois camions qui ont été  volés , enfin, exactement , il y avait un camion 682 N4/T4 40 tonnes, un autocar FIAT 308 , un 4X4 639 N3 Version militaire , appartenaient à la FIAT Turin ,ils n'étaient pas vendus et ,devaient être envoyés en essais dans un pays du Moyen-Orient . je ne vous parle que de ce qui nous intéresse , parce que l’affaire est beaucoup plus compliqué encore ! il y a des suites plus importantes....

 

FIAT à déposé une plainte en Italie , l’enquête est en cours ! Que ces deux pièces réapparaissent comme ça en Bretagne , je peux vous dire qu’il y a beaucoup de personnes qui voudrait savoir par ou elles  sont passées pour arriver chez vous, et surtout en repartir.... !

Et ,ou est le camion sur lequel, elles étaient montées ...vous voyez l'affaire

Voila pourquoi nous voudrions savoir d’où venait le camion qui vous les a laissés, heu ,en ...dépôt.....pour une journée , c’est tout, on voudrait reconstituer l’itinéraire , comprendre....vous voyez ? 

Pour l'instant , en France, ça reste au niveau de FIAT....pas plus ,et si on arrive a remonter la pelote de fil , ça n'ira pas plus loin pour vous....

(François semble plus tranquillisé en m’écoutant )

 

-«  Bah, moi je ne peux pas vous dire grand-chose , le chauffeur est arrivé ici Jeudi après-midi ,je ne l’avais jamais vu , un Italien qui fait une ligne plus ou moins régulière Paris / Bretagne et là, il avait livré de la marchandise sur Rostrenen dans un abattoir , puis il devait recharger sur Carhaix des machines de découpe et j’l’ai vu ici ,à la reprise de midi,  il attendait l’ouverture du garage à 13 h...il avait un problème sur un réservoir d’air pour ses freins , il voulait que j’y jette un œil.

C‘était pas grand-chose , une purge qui était bouchée....et avant de repartir il m’a demandé si je pouvais garder ici jusqu’au lendemain, le moteur et la boite , car il chargeait des machines  à Carhaix qu’il voulait mettre au fond de son plateau et il reviendrait le lendemain, avant midi, vendredi ,pour reprendre le moteur et la BV , qu’il chargerait au cul du camion car il devait les livrer en premier , au retour , dans l’Eure et Loire ! Voila c’est tout...

 

-« Vous connaissez son nom ou sa société... 

-«  Son nom ,même pas , il me l’a dit mais j’ai pas retenu , et puis il m’a filé un billet de 100 FF pour le mécano qu’avait la répar sur son réservoir d’air et....c’est tout, hein !!

 

Je regarde Rémi ,

-« Tu connaitrais cette société à Carhaix qui fait des machines de découpe ?

-« Ben , oui je crois, c’est du coté de la place de La Tour D’Auvergne , attends je vais te trouver le nom....

Il cherche dans l’annuaire , et dit :

-« Tiens, c’est eux là, tu veux quoi avec , qu’on les appelle ?

-« Tout juste , fais voir , passe moi le téléphone......

Je compose le numéro....

-Allo , l’entreprise TB...., bonjour madame, garage FIAT VI à Kergrist , j’ai un routier Italien qui s’est arrêté chez moi jeudi dernier pour une petite réparation , il est venu charger du matériel chez vous après, vous voyez .... ? Oui c'est ça !

Et quand il est reparti de chez moi ,il a oublié une de ses roues de secours ici , est-ce-que vous auriez ses coordonnées pour que j’appelle , je ne sais plus ce qu’il y avait de marqué sur son camion....qui il était....Oui....c'est pour ça , sans quoi il va se demander ou elle est passée sa roue....Oui , j’écoute ....d’accord...d’accord ... très bien , je vous remercie , bonne journée !

Je raccroche

-Et ben voila ! On sait tout ! C’est la société S.......à Maintenon dans le 28 !

Et il font quoi ces gens... ? Je vous le donne en mille....de la carrosserie Industrielle...a partir de châssis nus , ils équipent ou transforment des camions à la demande...

Ah , vous voyez  ce que je veux dire, ou je veux en venir?.......ou on va aller.....?

Ben ,là  !!!!  Mais dans cette affaire, quand on  croit trouver un indice , on ne met la main que sur du vent....encore une fois , le tiroir était vide.....!

 

 

 

Dans les semaines qui ont suivi, les différentes investigations ,officieuses ,faites auprès de cette société tant par Turin que par Trappes , ne débouchèrent sur rien...aucun moteur ou boite de vitesses n'avait été transporté dans un camion de cette société , ni, n'avait été livré...ou que ce soit...!

Personne ne savait de quoi on voulait parler....

 

Les démarches officielles ou non ,engagées par FIAT afin de savoir si les activités de cette société ‘’débordaient ’’ sur des marchés réalisés par  FIAT à l’export ne donnèrent rien, zéro, néant, tout était clair dans les affaires de cette entreprises....qui semblait éloignée du constructeur Italien et n’avoir jamais eu aucun rapport avec eux.....

 

Idem pour les opérations commerciales en France, les ventes de véhicules neufs ou d’occasions dans les 12 succursales du marché domestique...jamais aucune trace proche ou lointaine de cette fabrique de carrosseries industrielles ne fut relevée faisant part d’une quelconque présence de sa part dans les affaires quelqu’elles soient....

 

Un voile d’oubli tomba doucement sur cette affaire .

Jamais, on ne pu trouver le moindre indice qui aurait pu permettre d’expliquer ce qu’étaient devenus les protagonistes de cette affaire, qui ils étaient , ni ce qu’étaient devenus les matériels volés sur le port de Gênes un jour d’Aout 1973 .

Parfois on n’y faisait allusion pour fixer une date dans le temps....c’était avant l’affaire de....ou après.....

Ceux qui avaient été les acteurs en interne l’évoquait parfois , pour émailler une conversation d’une anecdote...mais ,on ne s’appesantissait pas , il n’y avait rien de glorieux à dire :

-''Moi j’ai connu ce type....je l’ai vu....parcequ’on n’avait rien vu venir surtout !!

 

Chapitre VI 

 

 Les années passent , les hommes reviennent ....

 

Les années passèrent......les hommes se tournèrent vers d’autres mirages , d’autres buts , vers d’autres lendemains.....

 

 

 

 

1974...1975...1976...1977...1978...1979...1980

 

1980 , j’ai pris mes distances avec la FIAT depuis quelques mois. Je travaille à présent pour un de mes clients...

Ces dernières années , dans le cadre de mon job, j’ai navigué de l’Egypte à la Pologne , de la Russie à la Tunisie, de l’Allemagne au Sénégal.... ce jeudi 13 mars 1980 , je reviens d’Algérie ou je suis resté 4 mois   .

 

J‘ai atterri à Orly un peu avant midi  et je rentre directement à mon bureau à....... Maintenon .

 

Je vais saluer  l’assistante de mon Président et Ami, Slim. Je lui dis qu’elle le prévienne que je suis arrivé , le témoin lumineux au dessus de son bureau est rouge, ça veut dire qu’il est occupé vraisemblablement avec quelqu’un  . Elle me dit , ne bougez pas , il m’a dit que je le prévienne quand vous seriez là.

Elle l’appelle et me dit :

-« Allez-y , entrez ,il vous attend

 

Je frappe à la porte et entre en même temps qu’il me dit : Entre mon Ami !!!

 

On se sourit , je vais lui serrer la main , on ne se fait pas nos effusions habituelles , il y a déjà une personne dans son bureau ,que je ne connais pas .

 

Le visiteur à entre cinquante et soixante ans , il  est grand , chic, mince ,cheveux longs blancs lissés vers l’arrière ,une moustache so British de Major des Indes, beaucoup de classe....il s’est levé du canapé ou il était installé , et me serre la main , ses doigts sont longs et fins , extrêmement bien manucurés , ses mains sont très soignées.

 

 

Slim me le présente en le tenant amicalement par le bras

 

-« Michel , tu ne connais pas mon Ami Lawrence ? On se connait depuis une dizaine d’années , il était un de mes clients chez le concessionnaire de Marseille , on s’est connu comme ça , et depuis, on se retrouve au hasard des affaires . On vient d’en termine une sur l’Algérie , chez moi à Tlemcen...

 

Se tournant vers Lawrence

–«  Tu ne connais pas Michel non plus , c’est mon Ami ,un grand ami, très proche , et il travaille avec moi,  il est mon Directeur du département pièces et assistance technique, on se connait depuis quelques années déjà , combien Michel , 6 ,7 ans . J’étais déjà son client quand j’ai repris cette société en 75 , il était responsable pièces export chez FIAT Iveco , mais tu connais FIAT aussi hein Lawrence ?

 

Lawrence me regarde , avec attention mais sans plus , et il dit : - Oui, j’ai eu affaire quelques fois avec FIAT...rien de bien conséquent ... !

 

Apparemment , vu l’indifférence de Slim qui nous a laissé quelques instants pour téléphoner , Slim  ne connait pas l’épisode des camions pour la Libye/Tunisie , donc , je garde ce paragraphe pour moi, pour l’instant peut-être  , mais je n’en parlerais pas au hasard, je garde ça dans un coin , je vais faire comme si je n’avais jamais connu ou entendu parler de Lawrence... c’est mieux pour tout le monde je crois .

 

Donc , attendons , je pense que je saurais assez vite ce que viens faire Lawrence chez nous cette fois-ci ?

Nous allons déjeuner tous les trois au Relais du Château , en face du Château ....évidemment !!!

 

L’après midi se passe pour moi a reprendre connaissance de tous les dossiers qui se sont accumulés pendant mon absence , mon assistante et mes trois chefs de services m’ont suffisamment ‘’marqués à la culotte ‘’ tous les jours pour que je sache au centimètre près ou en sont toutes les affaires !

Idem pour Slim , il sait parfaitement tout ce qui s’est passé durant mon séjour en Algérie , nous nous téléphonions tous les jours et les navettes hebdomadaires assurées entre Alger et Maintenon par nos collaborateurs facilitaient les transmissions des dossiers .

 

Chapitre VII

Les soldes au Congo , c'est magnifique ....

 

Sur mon bureau , j’ouvre une chemise jaune ,il y a un seul papier dedans ,sur lequel sont écrits  des n° de téléphones , des adresses , quelques noms , et sur la chemise, à l’intérieur , il y a un post-it écrit par Slim avec dessus : Affaire Congo / on se voit .

Ça c’est les notes de Slim , il n’en écrit pas trois pages, ni trois lignes...

 

J’appelais plus tard Slim au téléphone je lui dis :

 

- Le Congo , tout de suite ou demain matin ?

- Demain matin , on en a pour un bout de temps là-dessus...

- Ok ! Heu , une chose Slim , c’est pour moi, pour savoir....le Congo , c’est Lawrence ?

- Oui Mimi , d’ailleurs il sera là demain matin .

- Bon ,ben, à demain Slim , je rentre chez moi  voir si j’ai toujours une maison, et si ma famille sait encore à quoi je ressemble .....

Slim se marre au bout du fil –«  Fais la bise pour moi à tout le monde ! À demain .

 

Vendredi 14 mars 1980

 

Le bureau de Slim,  il est 9h...

Nous sommes quatre , Slim, Lawrence, Christian le directeur financier , et moi .

Le dossier, l’affaire , est très claire , bien cadrée.

Lawrence a traité une affaire avec le Congo Brazza, La république du Congo, au plus haut niveau . Il faut savoir qu’en 1980 le président est (déjà) Denis Nguesso et son premier ministre Louis Goma . On débute l'exploitation du gisement de pétrole Likouala, découvert en 1972 au large de Pointe-Noire. L’argent va rentrer ...il faut en profiter ce n’est pas sûr que ça dure vingt ans.....mas pour l’instant , il faut faire circuler l’argent !

Lawrence nous expliqua qu’il avait assisté (au titre de .... ?? ) à Brazzaville ,en janvier de cette année 1980 , le 10 pour être précis ,à une conférence sur les entreprises d’Etat. Le président Denis Nguesso présidait la séance d’ouverture de la conférence sur les entreprises d’État, en présence des ministres Louis Goma et Justin Ossetoumba, et devant plus de sept cents délégués représentant les cadres politiques et administratifs des entreprises d’État, des ministères et départements du parti, les organisations des masses et les experts des organismes internationaux.

IL avait nagé comme un poisson dans l’eau au milieu de tout ce monde ,et avait lancé ses premiers hameçons ce jour là . Je vous passe les détails car les personnalités concernées ne sont pas décédées et certaines occupent toujours des fonctions importantes ....là-bas on a du mal à prendre sa retraite !

 

Enfin, quoiqu’il en soit , Lawrence avait ramené dans ses bagages une superbe et colossale commande de pièces détachées en tous genres...

 

N‘ayant pas la surface financière , ni les structures pour traiter cette opération pharaonique qui lui avait échue sur les épaules , et qu’il n’avait pas refusé non plus , il s’était rapproché tout naturellement , de son excellent ami , Slim, qui lui ,savait transformer une commande , quelque soit sa taille , en Dollars ou en Francs , au choix ....et là , en l’occurrence il s’agissait de Francs Français , on nageait dans le facile !!

 

On en discuta pendant deux bonnes heures , Christian ,notre Dirfi était surtout curieux du montant total que représentait le dossier , par qui nous étions réglés , ce que nous devions acheter , des délais de règlement et de la nature des règlements mis en place par l’acheteur .

De ce coté là , imparable , la commande était honorée par la BAO , Banque pour l’Afrique Occidentale...avenue de Messine à Paris,, le siège .

Le montant total de l’affaire, à ce stade de la discussion, même Lawrence en ignorait le montant exact sauf, sauf, qu’il pouvait assurer que c’était supérieur à 10 000 000 de Francs Français , ce qui fait briller les yeux de Slim...il en salivait d’avance ! !

Lawrence nous invita à nous rendre l’après-midi même à son bureau , rue de la Trémoïlle à Paris , tiens il a un bureau et une existence maintenant .....Il fait fort le bougre !!

L’après-midi, il est 15h, nous nous garons dans le parking  de la rue François Ier , au deuxième sous-sol , nous irons à pieds , à une centaine de mètres au bureau de Lawrence .

Slim à du un peu, beaucoup, manœuvrer pour arriver à garer sa CX limousine , elle tient de la place la bête....

Nous voila sur le territoire de Lawrence , dans son bureau, j’étais curieux de voir cela....je ne fus pas déçu, c’était meublé avec un goût très sûr...so British !

Déjà , l’adresse...rue de la Trémoïlle...dans le triangle d’or du  8éme à Paris...ça en jette mes cousins !!!!

 

 

 

 

Lawrence s’assied à son bureau, nous nous posons dans les fauteuils autour .

 il sort d’une armoire apparemment blindée un dossier assez épais et nous dit :

-« Voila l’affaire....IL y a plusieurs lots de pièces détachées à fournir ;

Le premier lot ce sont des pièces Renault

Le second des pièces Peugeot

Le troisième des pièces Fiat

Le quatrième ,des pièces de rechanges pour des pompes à essence Aster-Boutillon et des pompes complètes , des pompes comme celles qui sont dans les stations services

Avec ça quelques broutilles ,  je te donne ça Slim , tu verras, il lui remet un papier que Slim rangea sans s’attarder dessus .

 

Slim au bout d’un moment me passa les dossiers de pièces et me dit : -tu pilotes ça Mimi ? Regardant Lawrence il lui dit :

-«  C’est quelque chose qu’on sait faire , Michel à l’habitude de ces gros contrats .Le paiement se fait contre documents à la BAO ,tu m’as dit, OK , il faut que tu me passes un double des engagements financiers déposés à la BAO ,pour savoir très précisément ce que nous devons fournir pour être réglé et à propos ,on a combien de temps pour boucler l’affaire , les marchandises parties ou livrées .... ?

Lawrence regarda ses papiers et nous dit :

-« On quatre mois pour tout boucler ,à propos le total des commandes fait 13 586 000 FRF ( 6millions d’euros au cours de mars 2018 ) ...tout doit avoir quitté la France pour le 31 juillet et tous les documents doivent avoir été présentés avant le 15 aout , les banques tournent au ralenti en plus, à ce moment là....ça nous aide pas.... et alors , attention, à une chose , très importante , mais je n’ai pas pu les faire revenir là-dessus , les expéditions partielles ne sont pas autorisées...

La , je sursaute , je fais simplement, et sobrement : - "merde,merde, merde......

Slim me dit :

- « c’est gênant ? On envoie tout en une seule fois c’est tout !!

 

Bah, c’est sûr qu’il ne voit pas la foule de complications que cela pose , tant pour faire avaler ça aux fournisseurs que pour le transport, l’entreposage , le suivi.... c’est des détails pour mon copain....

Je lui dis :

-« Ah c’est pas si simple...mais bon je ne vais pas te faire un dessin avec les détails mais c’est plus rigoureux à traiter, plus serré, que si on pouvait livrer en plusieurs fois , enfin, c’est mon affaire.....je peux me mettre là-dessus dès demain matin , on ne doit pas perdre un jour ! J’aurais pu commencer il y a un mois ça aurait été mieux, même !

Sourires de Slim et Lawrence....

-« C’est toi qui vois Mimi , bon , et puis on va rentrer nous aussi , j’ai encore un repas avec mon avocat ce soir , ce n’est pas fini , il est..Oh là, là, 18h déjà , allez on file !

Je ramasse les dossiers , on se lève , on se salue , on décide de la prochaine réunion , et on part !

Dans la voiture , on file sur l’autoroute de l’Ouest, retour vers Chartres par la N 10 ,pour rentrer à Maintenon . Slim cause de tout et de rien, il m’explique que c’est lui qui commissionnera Lawrence , il sont tombés d’accord sur 8 % du montant total ....ça va bien pour Lawrence, je ne sais pas quels frais il a eu mais il les amortie avec ce coup là.....je pense .

Slim qui est un fou des gadgets, il téléphone ...en conduisant , fume son cigare...en conduisant et le résultat est une cascade de cendres qui tombe sur son pantalon, sur le téléphone  car il garde son cigare aux lèvres pour parler !

Toutes ses voitures , quand il les reçoit, vont passer une journée chez un installateur de radiotéléphonie au pont de sèvres, au pied du Sofitel (quand ça s’appelait encore le Sofitel...) et il fait installer son Radio com 2000,

Puis il les envoie chez un préparateur de Diesel à Colombes pour faire changer le système d’injection afin de booster les bestiaux....c’est un puriste qui aime son confort , le bougre !

Dés le lendemain matin je suis dans mon bureau , j’ai accroché aux murs avec l’aide de mon assistante , les listings des commandes de pièces . Il y en a 8 , deux par lots , et ils mesurent environ chacun entre 1,30 m et 1,50 m  de haut.....

Je vais vous passer les détails , sachez seulement que je fais venir mon interlocuteur privilégié ,pour chacune des marques à fournir ,j’ai fait faire des copies des commandes , sur des proformas à l’entête de notre société , aucune des listes n’est chiffré , bah...je ne vais pas laisser mes prix de ventes en plus.....

Nous sommes à fin mars, mes fournisseurs ont bossé comme des champions, j’ai eu le retour des listes , chiffrées , avec les délais d’indiqué :

Dispo / 8j / 15j / 30j .Certains articles demandent 45 jours pour être livrés...on est quand même dans les délais !

 

Il n’y a qu’avec Aster Boutillon que ça a été plus délicat ....

 j’ai du la jouer Jésuite...voire très Florentin ! Ces sociétés là n’aime pas voir partir leur matériel n’ importe où dans le monde...un moyen simple pour eux est lorsqu’ils demandent en quelles devises les compteurs doivent afficher les montants.....c’est imparable !!

J’ai répondu :-« en Francs Français.....

Mon vis-à-vis m’a regardé l’air soucieux , puis il me dit

-« Mais c’est pour l’export ?

-«  Oui , ce n’est pas un secret d’état c’est pour l’Algérie ! Il y a encore bon nombre d’endroits ou il n’y a pas de stations services avec des pompes , la distribution se fait au cul des camions citernes et on contrôle ce qu’on livre au particulier avec le volucompteur du camion , et donc ,le Ministère de l’énergie à délivré 81 autorisations pour 1981 , pour la réalisation de nouvelles stations-services  dont 16 autorisations au titre des extensions. Voila toute l’histoire , c’est simple vous voyez ... !

Tout passa comme une lettre à la poste......enfin , à peu près !

Nous étions le 8 avril , un mardi après midi, je crois me souvenir, cela faisait 3 semaines environ que j’avais accroché mes listings aux murs de mon bureau , ce dossier me prenait le plus clair de mon temps rien ,n’était facile...surtout les délais et le transport pour une unique expédition !

Lawrence était déjà venu deux fois nous rendre visite , cet après midi là , il était venu nous voir , il était dans le bureau avec Slim, quand mon téléphone sonna , je décroche, c’était Slim .

-«  Michou, tu ne m’a pas parlé des voitures , comment t’as fait , ou t'en es ?

Énorme silence assourdissant , en béton , de ma part.

Avec une voix calme et douce j’articule :

-« Quelles voitures cher Monsieur Slim ... ?

Là , à l’autre bout du fil, il sent qu’il y a un problème , et un gros !

Je l’entends marmonner avec Lawrence ,je suppose , puis il me dit :

-« Michou , tu ne vas pas me croire , viens me voir s’il te plait, tu ne vas pas être content

Je sens les gros nuages qui arrivent , voire le cyclone !!!

J’arrive dans son bureau , il me tend un papier , froissé , celui qu’il avait mis dans sa poche sans trop le regarder quand on était dans le bureau de Lawrence, Lawrence semble passablement ennuyé lui aussi...  

-« Michou ,tu vas rire, j’avais oublié de te donner ce papier , il y a trois voitures et un moteur à livrer avec les pièces , c’est les cadeaux.....il y a une 505 , une Renault 5 TS, une Mercedes 280E et un moteur de Renault 4L !

Là , j’ai un gros coup de blues , je me laisse tomber sur le canapé à coté de Lawrence qui ne dit plus rien.....Slim , ne pipe plus un mot, non plus.... !

Slim va a son bar sort 3 verres , la bouteille de Jack Daniel , nous sert, de l’autre main il attrape son coffret à cigares ou dorment les Davidoff, les N°2 ...toujours dans le silence le plus complet..... !

 

Chapitre VIII

Dossier Congo , mettez des gants, ça peut brûler......

Je me dis qu’il faut prendre la main et mettre tout ça à plat !

 

-« Bon, Slim, Lawrence ,, je résume mais il faut que je sache tout , je ne peux pas continuer avec des tiroirs secrets partout dans ce dossier .

Slim et Lawrence ne disent rien, Slim lève simplement la main en signe d’acquiescement et me dit :

-« Vas-y Michel , tu sauras tout ce que tu dois savoir.

 

-« Bon ,donc , j’ai un dossier ou plutôt quatre dossiers .

Ces dossiers sont déjà chiffrés au prix ou nous devons vendre les pièces ,au prix de vente que nous n’avons pas fixé , nous l’avons trouvé déjà fixé, d’accord ? Charge à moi pour faire simple ,d’acheter mes pièces aux niveaux les plus bas pour pouvoir dégager une marge satisfaisante tant pour nous que pour Mr Lawrence .Toujours d‘accord ? Parce que j’ai un butoir vers le haut ,c’est le prix de vente que je n’ai pas fixé et que je ne peux pas faire bouger , il est là, et je dois faire avec ,encore d’accord ?

 

Oui disent Slim et Lawrence

 

Pour moi, nous devons dégager après achat, une marge brute, qui couvre tous les couts de revient, internes et périphériques engendrés par une telle vente , qui couvre les frais fixes de notre société , les frais variables , ces paramètres nous les connaissons... nous devons également ,dans cette affaire particulière , tenir compte qu’il y a une commission pour l’apporteur de l’affaire ,Mr Lawrence celui-ci incline la tète , Slim aussi....

et bien entendu , comme personne n’est philanthrope tout le monde doit gagner très correctement sa vie....

J’ai fais en sorte, à ce jour ,que nous ayons dégagé une marge suffisante pour que tout le monde , notre société et Lawrence ,passe sans problème et même passe bien .

 

Alors maintenant vous venez me mettre entre les pattes cette histoire de voitures qui va venir bouffer la marge que j’ai minutieusement calculée.....ça c’est quelque chose que j’ai du mal à digérer , vous le comprenez ,maintenant , pendant que je vous parle , j’ai pensé à quelque chose qui, si j’y arrive, va vous faire bien dormir et moi aussi .

 

Slim regarde Lawrence et lève son verre avec un demi-sourire..

 

Je me suis dis que ,c’est le plus difficile  et pourtant le plus simple , je vais faire payer les voitures par mes fournisseurs .

 

Slim se marre et dit à Lawrence :  –«  Il a bien appris avec moi !!!

 

Attends Slim , ce n’est pas fait ,je vais essayer....

 

Alors , à la louche (Je prends quelques papiers devant moi )

La Renault 5 Turbo, ça, c’est tout récent ,  ça tourne autour de 115 000FF, je vais voir ça avec notre concess , hein Slim ?

-« Bien sûr , il peut bien nous trouver ça à un bon prix  dit Slim....

 

La Peugeot 505 STI c’est du 54000 FF 

 

 

et la Mercedes 280 SE c’est ,allez, grosso modo 125000 FF .

 

 

Donc en tout c’est à la louche une enveloppe cadeau à 300 000 FF ,le moteur de 4L c’est peanuts , je l’ai compté dedans il doit faire 3500,4000 environ ....

 

Voila donc ou on en est.

Ce que je vais faire , c’est refaire un tour de table avec mes 4 fournisseurs pour les faire baisser leurs prix de vente de 2,3% , ce qui représente les 300 KF de l’enveloppe cadeau , ainsi je ne touche pas un iota de mon montage actuel qui tombe exactement dans les clous .....

Ça , je vous garanti que je n’ai vraiment pas du tout envie de bricoler encore mes calculs de marge ,alors je vais essayer de faire avaler ça et....il faut que ça passe ....

Ce sont de très grosses commandes pour les fournisseurs , si ils veulent les faire il faudra qu’ils baissent encore un peu leur froc ....si ils ne veulent pas , ben, je n’ai pas de plan B ! Faut que ça marche ,c ‘est tout ! Et puis il y a aussi les voitures....leur prix à discuter....ça viendra aussi dans les ‘’moins’’

 

15 mai , les voitures sont achetées , la Mercedes je l’ai eue au Luxembourg chez un de mes bons copains, un de mes clients lorsque j’étais chez FIAT , c’est lui qui était, entres autres choses, mon fournisseur en jambon de Westphalie , ornement obligatoire dans ma cuisine ....

La Mercedes arriva sur un plateau ,direct de Mersch , pas dédouanée , pas passée aux mines non plus.... !! on la garda dans l’atelier de carrosserie jusqu’au départ , sous bâche ...pas de publicité surtout !

La Peugeot et la Renault furent commandées à travers mes fournisseurs de pièces dans leur marque respective ,à un bon prix , j’ai argumenté qu’il n’y avait aucune garantie à prévoir sur les véhicules , donc...je ne veux pas de remise sur un prix tarif normal mais sur un prix diminué du surcost calculé pour une éventuelle enveloppe  garantie...j’achète , ils oublient ces voitures !   

 

Coté anecdotique, la 505 devait impérativement être grise , toi ouvrant, climatisation automatique et surtout , surtout, le casse-tête....être équipée d’une radio possédant les Ondes courtes...Short-Waves !!!

Allez trouver ça en France ....je finis par mettre la main sur cette rareté chez Blaupunkt ,un type Essen , nous le fîmes monter chez le téléphoniste ou Slim faisait équiper ses voitures , au pont de Sèvres , près du Sofitel

 

Le moteur de 4l , un moteur Cléon à 5 paliers type 688-12, alimenté par un carburateur simple corps Solex, 782 cm3 ,30 ch. ,ben ,  il me fut livré directement de l’usine de Billancourt....dans un camion de fruits et légumes !

Mais sous plastique et cerclé sur une palette avec ses documents....elle n’est pas belle la vie !!

 

Milieu juin, les pièces commençaient à être stockées chez notre transitaire au Havre . Il fallait 49 jours et 10 escales pour rejoindre Pointe Noire . Les voitures ,et le moteur ,étaient déjà là-bas....

Début juillet , tout était entreposé chez notre transitaire Ba........ Le départ du navire, était fixé au 18 juillet, un vendredi.... affrètement CMA/CGM , et tout embarquait sur le CGM Q.....  Un porte-container de 52 000 tonnes battant pavillon Libérien.

 

Je récupérais les connaissements le mardi 22 juillet ,livrés à mon bureau , en main propres par un porteur spécial...on ne fait pas les choses à moitié !!!

 

A ma très grande surprise , quoique j’en avais vu d’autres... , sur les Bill of Lading (connaissements) tous les containers portaient en détail du contenu : Pièces de rechanges automobiles.... !!!! y compris les containers dans lesquels étaient les voitures.... !!! Du très beau boulot , du grand art que je vous dis !!! de la dentelle....

 

Vous me direz , c’est quoi ces cadeaux ?? C’était pour qui.... ?? et bien , sans déflorer complètement le sujet, et en gardant les zones nécessaires que je me dois de laisser dans l'ombre ,même 38 ans après....et bien tout d’abord, le moteur de 4L était destiné au ....Ah, comment dire, et bien c’était pour, bah... le plus haut décisionnaire dans la direction des douanes de Pointe-Noire .....qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus !

 

La 505 et la Renault turbo, une fois arrivées et débarquées au port de Pointe-Noire , furent transportées et livrées dans des camions bâchés , jusqu’à un camp militaire près de Mossendjo ..... perdues de vue !!!!

 

Quant à la Mercedes 280 , elle fut prise en charge ,dès que ses pneus touchèrent le béton du port , par deux hommes , pantalons noirs, chemises blanches, lunettes noires , ils firent mettre du carburant dans le réservoir , on leur avait remis les clés peu de temps avant....of course !

 Un jerrican d’essence avait été sorti d’une fourgonnette...et ils quittèrent le port précédés de 2 policiers en moto ,et suivis par la fourgonnette au jerrican... l’histoire des voitures du Congo s’arrêta là !

 

Pour moi, et pour vous, mes chers Amis lecteurs  , il me reste à écrire sur les jours qui suivirent...Slim, Lawrence....vous pensez bien qu’il y a une suite...

Elle va arriver très vite cette suite ,ne soyez pas trop impatients , j’arrive !! vous savez ma vitesse de frappe ,quand il n’y a pas de mouvement de contestation sociale dans mon clavier, est correcte mais..c’est beaucoup de travail ,tant pour les recherches que pour l’écriture !

 

Allez , vous n’attendrez pas longtemps !

 

Chapitre IX

Mais qu'est-ce que nous allions faire au Paraguay ...et avec un Luxembourgeois ! Rencontrer Stroessner ,c'est rentrer dans la cage d'un léopard qui a faim...non ?

 

Je vous l'avais dit que je ferais vite ! c'est moi !!!

 

Comme nous d’ailleurs , et comme Lawrence, personne n’attendit longtemps , pour que  les règlements soient effectués .

Le navire était arrivé le samedi 6 septembre , il avait bien tenu ses prévisions de route. Nous fûmes prévenus par la BAO le lundi 15 septembre ,qu’ils avaient l’accord du client pour effectuer les paiements , le virement fut effectué sur notre compte avant la fin de la semaine , tout le monde avait bien joué le jeu .

Lawrence fut payé de sa commission quelques jours plus tard , Christian ,notre directeur financier, lui fit établir un chèque à son nom ,tiré sur la Caisse des Dépôts et Consignations , 1.086.880 FF , il avait bien gagné sa vie l’ami Lawrence sur ce coup là !

Il nous quitta , deux ou trois jours plus tard , pour ,nous dit-il, se rendre au Paraguay , ou il avait un très bon ami, grand propriétaire terrien, qui voulait lui parler de quelques affaires qu’il envisageait de faire , mais qu’il ne voulait pas faire tout seul ...les Amis....c’est sacré, si on peut les aider ...

Il nous quitta Slim et moi en  nous disant que peut-être il appellerait Slim si les affaires  se révélaient intéressantes à plusieurs , si la surface était importante...hein ? ...pourquoi pas , on est ouvert à tout !

 

J’en parlerai un peu plus loin du Paraguay, le Paraguay des années 80....sous Stroessner ! 

Pour le général Stroessner, le Paraguay était considéré comme une immense propriété privée...et si vous arriviez là-bas , pour vous y installer avec une surface financière assez conséquente, vous pouviez vivre et faire comme bon vous semblait ,sans que personne ne vous pose la moindre question , ni sur votre passé ni sur pourquoi vous étiez là  ou d’où vous veniez !

Que ce soit lui ou son copain de bistrot ,Augusto Pinochet , c'était pareil , pas trop regardant les deux comiques sur leurs potes, sauf sur leur compte en banque.

Hormis ces questions d'ordre domestique , c'était la belle vie facile.....

À cette époque en 1980 ,vivre au Paraguay , coûtait par mois, après avoir pris les services d’une Agencia de Servicio , 10.000 FF .

Pour ce prix vous étiez locataire et possesseur d’une villa de 400 m², avec une ribambelle de chambres et de suites , plus la piscine et le court de tennis , un 4X4 , un couple de domestiques pour la cuisine ,le nettoyage et le service ,plus un jardinier . 

L’eau et le courant électrique était compris dans ce prix ainsi que toute la literie et les linges, fournies pour chaque chambre...entretenu par vos domestiques !

Quand je vous dis : elle était pas belle la vie ???

Bon p'tète pas pour tout le monde....on le sait ! Slim d'ailleurs avait une très jolie formule pour résumer les différences sociales:

- "Chacun pour soi et Dieu pour ceux qui n'ont pas de pognon ! "

C'est simple, concis ,compréhensible par tout le monde....

 

Mais j’ai dis qu’on en parlerait plus loin du Paraguay....je me calme !

 

J’arrête de partir à droite et à gauche ,sans ça je me connais ,j'vais finir par vous parler aussi de l'URSS en 78 ou tout en longeant les murs du Kremlin, à pieds, le long de la Moskova ,sous la neige qui collait en gros flocons à mes habits , je priais le ciel pour que, comme dans les bons récits d'espionnage ,une grosse Zil noire s’arrête à ma hauteur et qu'un mec baraqué me chope par un bras et me dise:

-"Monsieur , on vous ramène à votre hôtel , vous n'avez pas le droit d'être là !!

Et ben c'est jamais arrivé !!! Je pouvais mourir de froid j'intéressais pas le KGB...!

 

Donc , j’arrête mes pérégrinations intellectuelles car d’abord,je dois revenir sur un épisode, cocasse, qui me fit beaucoup rire....moins Slim .

Nous avions continué , en cavaliers seuls , à faire quelques affaires gentillettes avec le Congo , histoire d’entretenir les bons rapports et se faire connaitre...la porte avait été entrouverte, il ne fallait pas la laisser se refermer .

 

Donc disais –je nous étions en excellents termes avec nos amis Congolais , des liens d’affaires s’étaient solidement tissés entre nous .

 

En Janvier 1982 ,nous sommes le vendredi 15 précisément (J’ai toujours conservé mes Organizers, années après années , et oui....), je reçois ,vers 11 h du matin un coup de téléphone provenant du Nova Park , à Paris .

Ce palace avait été inauguré en décembre 81, 1 mois avant . Il occupait l’ancien immeuble ou était installé Paris-Match au 51/53 rue François Ier dans le 8 éme ....toujours le triangle d’or !!

D’ailleurs , pour l’anecdote ,ce fut curieux et amusant de voir un ministre socialiste inaugurer un hôtel pour milliardaires ! François Abadie, secrétaire d'État au tourisme, s'était très bien tiré de sa tâche lorsque, dans la soirée du 4 décembre, il avait coupé le cordon qui barrait symboliquement le nouvel établissement de super luxe qui venait d'ouvrir en bordure des Champs-Élysées.

Bon, revenons à nos gazelles , je continue...

Au bout du fil une voix à l'accent Africain bien prononcé me dit:

-« Bonjour , je voudrais parler à Monsieur Slim.......

-« C'est de la part de ?

-« Vous lui dites que c'est Moïse qui veut lui parler .

Que Dieu me tirlipote, Slim travaille maintenant avec les prophètes , j'aurais tout vu, il m'aura tout fait !! On avait déjà Jésus dans nos amis , manquait plus que Moïse .....!

Moïse était un de nos très gros client Congolais, j'étais écroulé de rire , qu'est-ce qu'il venait faire à Paris ! Slim ne devait pas être au courant sans cela il m'en aurait parlé ....de plus c'était un mec très sympa, bon vivant, le rire facile, on allait passer des bons moments , je le sentais bien ...!

-« Moïse ,  c'est Michel !!

-« Michel !! mon ami !! c'est moi Moïse , comment va-tu ? Slim est là ?

 

 

A suivre......

Michel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents