Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breakfast   at Tiffany's.overblog.com

Breakfast at Tiffany's.overblog.com

"Lorsque tu écris l'histoire de ta vie, ne laisse jamais une autre personne tenir la plume pour toi"


Le petit garçon marchait en tenant la main de son père .

Publié par Michel T sur 5 Octobre 2019, 14:24pm

Le petit garçon marchait en tenant la main de son père .

Le petit garçon marchait en tenant la main de son père

Ils rentraient dans leur petit appartement de banlieue

Il faisait froid ,pas plus de 1°c , il était 7 heure du soir ,il faisait nuit depuis  plusieurs heures

Ils faisaient semblant , ils jouaient à être heureux

Pour faire comme tout le monde , ce soir là... on était le 24 décembre 1954

 

Ils marchaient sur ce trottoir d’Issy-les-Moulineaux en croisant des groupes de gens riants et parlant fort

Oui , pour faire comme tout le monde...

 

Le petit garçon se tourna vers son père et, levant la tête il lui demanda :

-« Dis papa, pourquoi on n’est pas heureux , pourquoi on ne rit pas comme tout le monde ?

Le père ne tourna pas la tète vers  son fils , il a continué à marcher comme s’il n’avait pas entendu ,

Et au bout d’un moment il lui a répondu , avec douceur:

- « Je n’ai pas le cœur à rire , c’est tout, mais il ne faut pas être triste non plus, ce n’est que moi qui est comme ça.

 

Les gens continuaient à marcher vite autour d’eux , en riant, en parlant fort , des enfants, des grandes personnes.

L’homme et l’enfant continuèrent encore à marcher sur le trottoir .

Le petit garçon regardait devant lui en marchant, le père ne disait plus rien , il pensait qu’ils allaient arriver chez eux...

 

Après, après... lorsqu’ils auraient franchi la porte d’entrée du petit immeuble de deux étages

Ils grimperaient l’escalier menant au deuxième étage, là ,sur un palier avec trois portes

Le père introduirait sa clé dans la serrure de la première porte sur la droite

Il la pousserait , ferait entrer le petit garçon devant lui , lui ,s’essuiera les pieds sur le paillasson qui est sur le palier .

 

Le petit garçon entrerait en courant et filerait à droite vers la cuisine courte et étroite

Là dans le fond ,le dos à la fenêtre, assise sur une chaise de cuisine entre une table étroite et la pierre à évier

Une jeune femme est assise , elle a 37 ans, les yeux bleus clairs ,ses cheveux sont noirs , coupés au carré , jusqu’aux épaules ,

 

Elle sourit mais ne tend pas les mains , ni se lève à l’arrivée de son petit garçon , elle lui dit

-« ça va Michel ?, vous avez fait des bonnes courses avec Papa ?

-« Oui Maman , Papa a acheté plein de choses pour ce soir

 

L’homme arrive à son tour dans la cuisine , dit au petit

-« Va te déshabiller lapin , le temps que je range les courses et que je m’occupe de Maman,

 

Le petit va dans la salle à manger , il se déshabille , il y a un divan, une petite armoire à coté, c’est là qu’il dort ,

L’appartement est trop petit pour qu’il ait une chambre

Le Papa arrive dans la salle à manger , il porte la jeune femme dans les bras , pour l’asseoir sur une chaise devant la table

La maman  souffre de la sclérose en plaques , déjà elle ne marche plus , ses mains et ses doigts commencent à se paralyser

Le petit garçon se met à quatre pattes sous la table et arrange les pieds de sa maman sous la table pour qu’elle soit à l’aise

Papa demande à son fils de mettre la  table , lui va à la cuisine préparer le repas de Noël , il a allumé le poste de TSF...

La soirée de Noël peut commencer .... 

 

la jeune femme aux yeux bleus et aux cheveux noirs à ramené sa main droite avec lenteur sur la table

Elle déplie ses doigts les uns après les autres pour se saisir de sa serviette , elle ne pourra pas la déplier , c’est son petit garçon qui le fera

Il guette du coin de l’œil les moindres difficultés de sa mère , il va au devant ,rapidement ,avant qu’elle ne soit bloquée.

 

C’était un soir de Noël , le 24 décembre 1954

 

J’avais 7 ans , Maman 37 ans , Papa 49 ans .

 

Plus tard, des années plus tard, lorsque j’avais ma propre maison, Maman n’a jamais pu venir ,ne serait-ce que passer une après-midi chez moi. 

C’était trop délicat et compliqué de la transporter hors de l’hôpital .

Elle a quand même vu ou habitait son fils quand la voiture des pompes funèbres qui l’emmenait vers le petit cimetière de Lévis-st-Nom est passée devant chez moi.

Nous étions le 3 mars 1972

 

Papa l’a suivi quelques années plus tard en avril 1980 , c’était trop tôt pour moi, nous n’avions pas assez parlé tous les deux .

 

Devant son cercueil, j’ai éprouvé la solitude du dernier de lignée propulsé premier de cordée . L’à-pic de la tombe est un précipice .Désormais , je portais seul le poids de mes actions, je n’aurais plus d’excuses, je ne pourrais plus atermoyer , marchander  avec moi-même .

 

Vous me manquerez toujours Maman, Papa .

De plus en plus , avec les années qui passent , mes souvenirs  sont des photos

 

Michel 28 décembre 2018 Ile de la Réunion .

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents