Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breakfast   at Tiffany's.overblog.com

Breakfast at Tiffany's.overblog.com

"Lorsque tu écris l'histoire de ta vie, ne laisse jamais une autre personne tenir la plume pour toi"


Quand sa propre vie est un roman............

Publié par Michel T sur 23 Avril 2019, 12:25pm

Quand sa propre vie est un roman............

Monsieur Charles et Madame Lina ont débutés dans le métier en 32 par une belle maison bien tenue à Bapaume ,6 filles, ce n’est pas Nice je vous l’accorde, mais les affaires se développant, ils monteront vers Arras, et là, il y aura 10 filles.

 

On arrive sous l’occup, l’époque effroyable…… Une maison de maître étant vide et vidée à Frémicourt, petite ville non loin de Bapaume ils redescendent de Arras et se châtellenise …..12 filles ! Dont au moins deux étaient récupérées chaque soir par leur mari comme à la sortie de l’usine !

Les temps sont durs, on est compréhensifs, si Madame veut travailler et que Monsieur est d’accord …c’est une maison respectable ici… !

 

Monsieur Charles,mon parrain, à gauche ,et son ''secrétaire à tout faire'' Raymond les belles chasses .

 

A la Libé y aura que la sous maîtresse qui morflera, la gueule dans le gravier, elle avait voulu descendre en marche d’une traction….c’est fou comment les accidents arrivent quand les gens sont pressés…

 

Marthe Richard passe par là , mais ça n’empêche pas qu’en 46 ils ouvrent le Frémicourt dans le 15éme vers la Convention ( Ah souvenirs , souvenirs !! ) , c’est là que pendant les deux premières années de ma vie je serai dorloté , choyé, pouponné , habillé par ces Dames . elles tricotent entre deux Clients..Eh oui ! Faut bien s’occuper les doigts.....

 

Mes parents habitent un petit appartement, 2 pièces, au dessus de la boutique… Mon père n’a pas encore récupéré de Buchenwald ses 30 kg qu’il a oublié là-bas. Sa sœur, Madame Lina et son beau-frère, Monsieur Charles, suppléent à tout.

 

 

 

Mon père sera là à l’inverse quand le beau-frère sera mis au frais pendant un an pour une putain de valise avec de faux talbins mise chez lui sous le lit par un putain de demi-sel qu’on a jamais retrouvé !

 

 

Madame Lina se drapera dans sa dignité de femme honnête, Monsieur Charles s’indignera en clamant haut et fort sa bonne foi, le Mitan jurera qu’un homme aussi propre que lui est certainement victime d’un malfaisant, qu’est peut être même bien mort déjà, suicidé par le remord, et ils avaient raison ..... !

 

On retrouvera dans les semaines qui suivront un locquedu , connu des condés ,noyé , avec de la fraîche  pas bonne mais bien enveloppée au sec dans ses poches ce qui permis, plusieurs mois après ,que Monsieur Charles retrouve l’air de Paris …ça se fêtera dignement et pour bien montrer l’estime dans laquelle ses Amis le tenait, il se verra offrir la possibilité de prendre des parts dans le B........ , rue de Lappe .

 

Jusqu’à leur ‘’retraite’’,tous les soirs ,vers 20h ,et jusqu’à 4h du matin ,Monsieur Charles sera au bout du long comptoir , vers la caisse , à siroter un Vittel menthe tout en discutant au milieu d’un cercle d’ Amis sur les mérites comparés du ‘’Reine Victoria’’, 1 cent, Première Émission décimale, Rose, Neuf , et du ‘’Reine Victoria’’ 7½ pence. Émission des deniers. Vert, Oblitéré .

 

Pour ceux qui ne se sont jamais penchés sur les ''métiers'' de la nuit il en est un discret et très rémunérateur que pratiquent les Messieurs rangés qui ont passé l’âge de monter sur un coup…les timbres , c’est discret , léger, ça tient dans un portefeuille et ça peut faire tomber un max d’auber !

 

Il faut évidemment être connu et reconnu pour sa probité, fréquenter les endroits ou il y a du passage et avoir ses amis,  surtout les Amis , qui radinent avec un copain de province qu’à envie de prendre l’air du soir…et ,de fil en aiguille, même pas besoin de baron , elle se fait tout seule la bonne affaire ! Celle qu’on ne fait pas faire à n’importe qui…!

Donc les timbres ,ça fait affurer et ça fait surtout garder la main et le contact avec ses cercles....

 

Madame Lina, elle, ne s’éloignait jamais trop de la caisse, qui était tout au bout du comptoir à droite de l’entrée de la piste de danse .

Parfois elle remplaçait obligeamment la caissière qu’avait envie de se refaire le rimmel.

 

Madame Lina, en artiste de la caisse enregistreuse encaissait plus vite que le tiroir s’ouvrait, chaque nuit lui profitait convenablement, à mon avis elle gagnait une ou deux tailles de bonnets…

 

Le barman s’est toujours appelé Voltaire, j’en ai connu qu’un, toujours le même pendant 30 ans, il s’était acheté vers la fin de sa carrière une belle « campagne » dans l’Yonne, plus haras que maison de campagne et il donnait dans le cheval, ses deux fils étaient l’un avocat et le second dentiste.

 

Aucun môme dont les parents vivait dans ce milieu, d’un Monsieur Jo F.......... à un Monsieur Voltaire, aucun n’a traîné dans ces quartiers, d’abord parce que ce serait venu aux oreilles du paternel dans l’heure qui suivait et puis, ça n’aurait jamais pu arriver …les enfants étaient plus souvent internes chez les bons pères à Versailles ou à Igny que demi penscos au lycée Voltaire, à République !

 

 

 

Mon père me disait souvent :

-« T’as peut être une vie de barreau de chaise mais c’est moi qui tiens le dossier entre les mains »

Aujourd’hui j’essaye de tenir le dossier avec l’héritier…..faut vraiment pas lâcher le dossier un instant. …même pour se gratter le nez ! On en parlera plus longuement une autre fois, c’est du coquet qu’il me brode parfois…..

 

Le père n’était pas un marrant, mais à cette époque on respectait la hiérarchie entre les hommes …et les Hommes.

 

Ca, aujourd’hui ça se perd peut être…ou ça met plus de temps qu’avant, pour se développer.

 

Lui , était né en 1905 avait été mataf , engagé à Toulon à 18 ans en 23 , 5 ans ,Syrie, Maroc, Tunisie, Algérie, et bien évidemment… bagne de Tataouine , ça a pas loupé , pour avoir cassé la gueule d’un Premier Maître , il y restera de 1924 jusqu'au milieu de 25 (dixit livret militaire ,déplacé 3e BMILA ) changement d’Armes….! 

Papa,Toulon,1925 .

 

Sa première perm au bout de 18 mois , il oublie de rentrer et se perd dans Paris …quelques semaines....avec un copain pompier, affranchi du Milieu .

 

Ils sont récupérés une nuit au P’tit Balcon ,ou au Bouscat-Bal, vers la rue de Lappe ,enfin près de la Bastoche ,par un inspecteur qu’était surnommé dans le milieu ‘’Roger la vache’’ Le père finira jusqu’en 28 son séjour touristique en Tunisie .

 

Revenu avec une tapisserie des pieds à la tète, écrite à l’encre bleu, verte et rose foncée comme était le goût de l’époque, ce sera un Monsieur qui regrettera toute sa vie cet épisode.

Jusqu’à sa mort, il n’aura jamais pu se mettre en T-shirt ou torse nu, trop de BD… . Pour autant que je me souvienne, de gamin jusqu’à son départ, je l’ai toujours vu en polo ou en chemise et même l’été sous le soleil il ne retroussait que le bas de ses manches et entrouvrait le col de sa chemise.

 

Seule obligation qu’il a eu, il avait dû se faire brûler, et dans les années 30 c’était fait au thermocautère, les étoiles du Sud qu’il avait sur le dessus des mains…on voyait toujours la forme diaphane et pales des étoiles car la peau était restée comme du parchemin.

D’abord parce que pour trouver du travail, ce n’était pas le mieux, t’étais catalogué si t’avais de la lecture sur toi, ensuite plus tard ça lui a servi car ce n’était pas la peine d’en montrer de trop en 42 du coté de Buchenwald ou de Dachau ....

 

Certains esthètes germaniques étaient amateurs de belles peaux tatouées .Ils n’avaient rien inventés, en France pendant les guerres de Vendée il y avait des tanneries de peaux humaines… !

 

 

A son enterrement, sa maîtresse qui avait trente cinq ans de moins que lui ,suivait le cortège en portant le deuil.

Ma Mère l’avait ‘’choisie’’ plusieurs années auparavant, quelques temps avant sa mort, afin que mon père ne tombe pas sur n’importe qui…que d’amour dans ce départ !

 

Bah ça n’a pas empêché le Père de casser la gueule à son mari ..... , le pauvre garçon pensait qu’il n’y avait rien à craindre pour sa femme avec un vieil ami comme lui …oh ben... l’erreur ! À la gifle qu’il l’a fait sortir de la maison et…il gardé la femme !

 

Je crois que mon Père avait écumé toutes les voisines d’où on habitait, celle de droite , malheureuse avec son mari qui la battait , était heureuse avec Papa qui, bien entendu , fidèle à ses habitudes, avait cassé la gueule au mari .

Il était rentré chez lui, en force, il ne voulait pas ouvrir le coquin.... !

 

La voisine de gauche, elle, se plaignait qu’elle était trop souvent seule, son mari était trop souvent en déplacement, fallait pas le dire deux fois à mon père …elle l’a dit qu’une fois, ses nuits elle les passait ensuite dans le lit de papa et ne regrettait plus d’être trop seule..

 

La voisine du fond avec son mari, venaient de faire construire une très grande maison…mais ça mettait du temps pour finir toutes les installations, la jolie voisine n’arrêtait pas de se plaindre qu’elle ne pouvait pas prendre convenablement une douche ou un bain.

 

Son aimable mari eu le tort pour blaguer de dire à sa femme devant mon père :

 

- Demandes donc à monsieur M......... qu’il te prête sa salle de bain, il ne le refusera pas !

 

Mon père n'en espérait pas tant….dès le lendemain matin elle était là et tous les matins qui suivirent jusqu’au jour, trois mois plus tard..... ou son mari lui fit remarquer avec une pointe d’ acrimonie que la salle de bain chez eux était finie depuis deux mois et qu’il serait bon pour tout le monde qu’elle s’en serve ….

 

Ca s’arrêtera là l’épopée des ablutions matinales de la jolie voisine …elle n’avait jamais été aussi propre , mon père s’en était occupé très bien et de partout !

 

Une autre fois, je vous raconterai comment mon Père allait à la chasse en passant des petites annonces dans le Chasseur Français…mais ça c’est une autre histoire …plus tard... une autre fois.

 

De toutes mes histoires sur mon père c’est la fin que j’aime toujours…

je t’aime Papa ! Merci pour les souvenirs que tu m'a laissé .Avec Maman, vous êtes la plus belle chose qui m'est arrivé dans la vie......Je vous aime .

 

Michel T

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents