Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breakfast   at Tiffany's.overblog.com

Breakfast at Tiffany's.overblog.com

"Lorsque tu écris l'histoire de ta vie, ne laisse jamais une autre personne tenir la plume pour toi"


Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.

Publié par Michel T sur 25 Décembre 2017, 12:55pm

Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.

Né le 22 janvier 1909 en République dominicaine, Porfirio Rubirosa Ariza, diplomate dominicain, a été le parfait modèle du play-boy de l'entre-deux-guerres et de l'après-guerre .

Son père, un général devenu diplomate, dirige de 1915 à 1926 la délégation diplomatique dominicaine à Paris, puis à Londres. Très vite, "Rubi", séduisant et avantageux, s'initie aux vertiges de la « vie parisienne », plus passionné par le sport et la musique que par les études, auxquelles il renonce à 19 ans. Privé de subsides familiaux, il rejoint sa famille à Saint-Domingue, où son père a été rappelé mais, lui, continue de mener une vie de festivités. En 1930, son père tombe malade et il s'installe auprès de lui tout en donnant des cours de français.

Après la mort du général, Rubi reprend ses études à la faculté de droit de Saint-Domingue puis il rencontre le dictateur qui dirige l'île, le général Rafael Leonidas Trujillo. Il devient membre de sa garde personnelle et il est bientôt détaché à Paris auprès de la fille du dictateur, Flor, avec laquelle il noue une idylle et qu'il épouse, après quelques péripéties, en 1932.

Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.

Rubi se révèle un séducteur hors pair et, assure-t-on, particulièrement bien doté par la nature.

Ainsi,dans certains restaurannts chics de Paris, le moulin à poivre de grand modèle était appelé un "Rubirosa" (en référence à la taille présumée de son sexe) . Il est de plus en plus ardent, inépuisable et courtisé ce qui a le don d'irriter la famille du dictateur.

Le général Trujillo l'expédie en Allemagne en 1936 puis le renvoie à Paris. Flor et Rubi divorcent néanmoins en 1938. Rubi est ensuite nommé en Belgique avant de revenir en France, à Vichy avec sa délégation, où il épouse l'actrice Danielle Darrieux en 1942. Cinq années plus tard il divorce à nouveau pour épouser Doris Duke, journaliste américaine et… millionnaire , héritière , qui lui ouvre les voies de la jet-set.

Doris Duke était la seule enfant du magnat du tabac et de l’énergie électrique James Buchanan Duke. JBD,son père, lui laissera à sa mort ,approximativement ,une fortune, estimée à $ 100 millions de 1925 ,soit environ $1 milliard de dollars de 2013 .

Leur mariage ne durera qu'une année.

Les plus belles femmes du monde passent dit-on dans ses bras :

Patricia Kennedy (future épouse de Peter Lawford) et aussi,Marylin Monroe ,Rita Hayworth,Jayne Mansfield, Zsa Zsa Gabor,Veronica Lake,Ava Gardner,Kim Novak,Eva Peron,Dolores Del Rio,

Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.
Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.
Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.

Ambassadeur avant 1939, à Berlin, à La Havane. Chargé d’affaire à Vichy pendant l’Occupation, il occupera des postes diplomatiques moins importants jusqu’en 1953,

En 1953, il épouse Barbara Hutton, héritière millionnaire des magasins créés par Frank Woolworth, au consulat dominicain de New York, pour un mariage qui durera… trois mois. Il se remarie en 1956 avec l'actrice Odile Rodin et dès lors, sa vie conjugale sera plus calme. Installé dans un hôtel particulier du 7e arrondissement à Paris (qui sera racheté par le ministère de l'Éducation nationale) il s'adonne à ses passions : le polo et les courses automobiles à travers le monde .

Tour à tour homme d'affaire, ambassadeur, espion et champion automobile, Porfirio Rubirosa n'aura eu qu'une seule constante : séduire les plus belles actrices et les plus riches héritières, Adulé, apprécié par tout le gotha parisien, l’homme aux cinq mariages savaient réunir autour de lui les grands de ce monde.

Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.

Ce parisien d'adoption, mort à seulement 56 ans au volant de sa voiture, laissa derrière lui un passé sulfureux, à la hauteur de son charisme et de sa réputation .Pion d'un des plus sanglants dictateurs sud-américains, acteur influent de la politique internationale, idole de la presse, son histoire est digne d’un grand film d'espionnage.

Rubirosa est décédé tôt le matin du 5 Juillet 1965, quand il s'est écrasé avec sa Ferrari 250 GT dans un marronnier, au Bois de Boulogne ,après une célébration toute la nuit à la discothèque "Jimmy" en l'honneur de sa victoire , il venait de remporter la Polo cup , la Coupe de France de polo pour la seconde fois.

Les mots séducteur et Play-boy avaient surement été créés pour lui, Porfirio Rubirosa.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents